Open top menu
Charlie et la tomate magique : expérience dans le fruit picking

Charlie et la tomate magique : expérience dans le fruit picking

Dans cette article il ne sera pas question de comment faut-il chercher un boulot, ni de comment bien tenir une pomme dans vos mains, ou encore de la meilleure manière d’enfiler vos bottes, mais juste de notre expérience en tant que chercheurs d’emploi dans le fruit picking et de « pickeurs » par la suite ! Et il parait qu’un backpacker qui ne fait pas de fruit picking n’est pas un vrai backpacker… Alors, à bon entendeur ! 

 

La recherche de job dans le fruit picking

Début 2013, remontés comme des coucous, nous décidons de partir à la recherche d’une ferme car la résolution du nouvel an est simple : on obtiendra un second visa ! Après avoir lu les précieux conseils du « Guide des Backpackers » et armés du National Harvest Guide,  nous roulons jusqu’à Orange (NSW) pour dégotter ce petit boulot qui nous délivrera le précieux sésame !

D’après le calendrier des récoltes du Harvest Guide (disponible gratuitement dans les offices de tourisme et agences pour l’emploi), la saison commence en janvier dans cette zone… et bien non ! Suite au climat plus teigneux de ces derniers temps, les fruits et légumes ne sont pas prêts à être ramassés, la saison commencera dans un mois tout au mieux d’après les fermiers rencontrés ! Remise en question : qu’est-ce qu’on fait ? On part vers le Victoria où apparemment le picking a déjà commencé, au risque de se retrouver en concurrence avec les backpackers de Sydney et Melbourne ? Ou on roule vers le nord, direction le Queensland pour tenter notre chance ? Un coup de poker !

Conseil n°1 : avoir un véhicule. Nous choisissons le Nord : direction Stanthorpe (QLD) ! Pourquoi là-bas ? Le village est réputé pour avoir de nombreuses fermes et beaucoup de boulot. Suite aux conseils d’un backpacker rencontré sur la route, nous apprenons que la propriétaire d’un Caravan Park est en contact avec de nombreux agriculteurs et trouve des jobs à ses résidents ! Il nous faudra près de 3 jours de route à travers le bush australien pour nous y rendre. Sue, la propriétaire, nous dit qu’elle nous trouvera du boulot assez vite, mais qu’il y a déjà quelques personnes avant nous sur la liste… On décide donc de rester là et d’attendre notre tour !

Conseil n°2 : être patient. Le lendemain matin, très tôt, encore au lit, j’entends mon nom au micro, je cours vers la réception : elle a un boulot pour moi : 3 jours à cueillir les haricots vert ! C’est parti !

 

Les premiers jour de fruit picking

Dos cambré, tête en bas, voilà comment je me suis tenue pendant 9h pour mon premier jour à « picker » les haricots verts. Ma crainte : qu’il me remplace si je ne faisais pas l’affaire ! Alors j’ai joué les gros durs ! « How is your back Charlie?” “Not so bad, pretty good!” Un gros mensonge, je me retenais de hurler à chaque fois que je devais me relever !

Conseil n°3 : montrer qu’on veut bosser ! 88 jours comme ça ? Je remettais en doute mon envie de rester un an de plus ici… Au bout de 3 jours, nous avions ramassé tous les haricots disponibles, les prochains ne seraient mûrs que d’ici 3 semaines. Je me suis donc remise sur la liste du caravan park. Le lendemain, un autre petit boulot de 4 jours commença pour moi et ce fut de loin mon préféré ! Le fermier, propriétaire d’un vignoble, voulait quelqu’un pour tondre ses innombrables hectares de champs. À la question, savez-vous vous tondre ? J’ai répondu oui.

Conseil n°4 : dites toujours OUI, même si vous ne savez pas faire quelque chose, tout s’apprend !

Queensland Fruit picking tomates backpackers

 

Des situations improbables, des souvenirs impérissables !

J’arrive le matin dans l’exploitation et le fermier me conduit au shed. Il me montre les champs à tondre et la tondeuse… un gros tracteur ! Il a dû me voir passer par toutes les couleurs ! J’ai aussitôt regretté mon « oui ». Il m’explique très rapidement comment fonctionne le tracteur et me laisse ! Paniquée, je prends mon téléphone, connecte internet et tape sur google  « comment conduire un tracteur » (si si !) et je tombe sur des vidéos Youtube où les tracteurs sont sur deux roues et font des acrobaties spectaculaires. Je rigole en me disant que dans 2 minutes, je ferai la même chose, regrettant presque que personne ne soit là pour me filmer… j’aurais au moins fait le buzz sur la toile !

Ironie de la situation : Je suis dans un shed au bout du monde à réaliser mon rêve, et là dans quelques minutes je vais très probablement détruire tout un vignoble, ou une maison, ou moi-même tout simplement !  Je souris encore.

Il était temps d’allumer la bête ! Le moteur gronde, l’engin démarre, je reste en  première, puis je me rends compte que je roule à 6km/h, donc je ne risque pas de faire grand mal à quoi que ce soit. Je passe la seconde, m’engage dans le champ, baisse l’hélice qui va couper l’herbe et essaye de rester le plus droit possible. Oh mon dieu, je conduis un tracteur !!!! (grand moment de satisfaction personnelle !) Au bout d’une heure, pas peu fière, je me sens à l’aise, regrettant même qu’il n’y ait pas une radio ! Puis le drame : je change de vitesse et la boite de vitesse me reste dans la main ! Je vais chercher le fermier et il me dit que ça arrive souvent. Il me montre comment la réparer pour que je puisse le faire moi-même la prochaine fois. En résumé, pendant 4 jours j’ai tondu des champs à perte de vue, appris à conduire un tracteur et je suis capable d’en réparer la boite à vitesse : l’Australie c’est aussi ça, des expériences improbables !

Queensland fruit picking Australie backpackersC’est à contre cœur, que j’ai quitté cette ferme, car il est agréable de sentir que quelqu’un nous donne son entière confiance ! Je suis ravie de ce que j’ai appris et assez fière car mon boss était très content de mon travail : mission accomplie !
La suite dans le prochain épisode de Charlie et la tomate magique

Écrit par Charlie

Consultez tous les articles du blog australie

 

Donnez votre avis 🙂

Aucun commentaire trouvé.

Personne n'a encore laissé de commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire


74 Partages
Partagez74
Épinglez
Tweetez