fruit picking australie
Home Le Fruit Picking en Australie

Le Fruit Picking en Australie

Le Fruit Picking est un terme global qui rassemble tous les travaux manuels relatifs au domaine agricole. Cela englobe ramasser des fruits, les emballer, tailler des arbres ou autres travaux agricoles. Tous ces jobs sont les plus adéquats pour ceux qui souhaitent travailler en Australie pour de courtes ou moyennes durées. Très prisés des voyageurs en Working Holiday Visa, ils ne demandent pas de compétences particulières ni un très bon niveau d’anglais. C’est aussi le meilleur moyen pour pouvoir renouveler son visa WHV pour une 2ème année ou 3ème année.

Voici toutes les informations dont vous avez besoin sur le fruit picking en Australie. Les différents types jobs du fruit picking, la rémunération, les conditions de vie mais aussi les informations sur l’obtention d’un second et troisième Working Holiday Visa.

Les différents types de jobs

Picking

Le fruit picking arrive en première position dans les travaux agricoles. Cependant, il existe différents types de picking. On peut ramasser des fruits ou des légumes, au sol ou dans les arbres, dans des conditions très variables.

Les différents types de fruit picking

On peut faire du picking sélectif. Par exemple le colour picking où l’on ramasse seulement les fruits ayant une certaine couleur (plus mûrs). Ou encore où l’on ne ramasse que les fruits d’une certaine taille (size picking). Le fermier vous montrera certainement des échantillons de ce qui doit être ramassé. Cela implique donc des quantités cueillies plus faibles que lors d’un ramassage massif, et aura donc une influence sur votre salaire si vous êtes payé au rendement. La cueillette massive consiste à ramasser à peu près tous les fruits produits par l’arbre. On ne retire que les fruits endommagés. Plus facile que le ramassage sélectif, ce picking intervient en général à la fin des récoltes.

Les différents fruits et légumes

Certains fruits sont plus faciles à ramasser que d’autres. Voici un petit tour d’horizon des fruits et légumes les plus ramassés :

  • Les cerises (cherries) ont la réputation d’être faciles à picker et d’être bien payées. Il suffit d’avoir le coup de main et vous pourrez ramasser beaucoup de fruits. Vous ramassez en général les cerises dans des seaux (buckets) que vous videz ensuite dans des cagettes (crates). Le picking dans les arbres implique souvent l’utilisation d’échelles, ce qui peut compliquer la tâche.
  • Pour les pommes (apples), il suffit de prendre le coup de main pour cueillir rapidement mais souvent, le picking est sélectif. Une fois cueillies, vous les déposer dans votre sac ventral, avant de le vider dans la bin. Les premiers jours, il est fréquent d’avoir des courbatures aux épaules car le sac une fois remplis est lourd ! Vous devrez souvent monter sur des échelles et marcher entre l’arbre que où vous ramassez les fruits et la grosse caisse (bin) où vous videz votre sac. Soyez doux dans vos mouvements car certaines pommes marquent très vite et le fermier contrôle souvent l’état des fruits. 
  • Pour les oranges (oranges) et les citrons (lemons), le picking est rapide une fois le “twist” maitrisé (coup de poignet pour picker sans arracher la peau). Vous pourrez picker avec des sacs ou des seaux selon les fermes. Vous les versez ensuite dans des bennes (bins).
  • Les mandarines se ramassent à l’aide dun petit sécateur. Il faut en effet couper la tige au ras du fruit. Attention les arbres ont souvent des épines !
  • Les fraises (strawberries) sont douloureuses pour le dos (cueillette au sol).
  • Les mangues (mangoes) et les pêches (peaches) sont des fruits difficiles à ramasser car ces plantes sécrètent un liquide allergène qui peut provoquer des réactions chez certaines personnes. Vous pourrez avoir des démangeaisons, des boutons ou encore enfler à certains endroits (mains, visage). Protégez vous au maximum et travaillez avec des gants et manches longes.
  • Les poivrons (peppers), melons (rockmelons) et les pastèques (watermelons) se ramassent au sol. Là aussi attendez vous à avoir mal au dos !
picking les différents types de fruit picking

Packing

Il consiste à trier et emballer les fruits et légumes. Les conditions de travail sont proches de celles en usine. Vous travaillez debout ou assis selon les fruits et légumes. L’atmosphère est souvent bruyante et les tâches s’effectuent à la chaîne dans un hangar (le shed). Ces postes peuvent être rémunérés au rendement, il faut alors prévoir quelques jours avant d’être efficace. Ils sont moins nombreux et les conditions de travail moins difficiles que pour le fruit-picking. Le gros désavantage du packing est que les tâches sont très monotone.

Pruning

Après les vendanges, il est nécessaire de tailler les arbres avant la prochaine récolte. Le pruning a souvent lieu à la fin de l’automne ou en hiver, donc les conditions de travail seront un peu difficile, (froid, pluie). On vous formera à la coupe des arbres, comment et quelle branche couper pour que l’arbre repousse au mieux. C’est un job qui paye plutôt bien en général.

Thinning

Cela consiste à décharger les arbres avant la saison des récoltes. On enlève donc les fruits les plus petits afin de permettre aux autres de grossir. Le fermier vous montrera là aussi quelle taille de fruit conserver. Le thinning nécessite une certaine patience et d’avoir le coup d’oeil.

Planting

Le planting va être très variable selon les fruits ou légumes concernés. Il s’effectue le plus souvent manuellement, mais l’utilisation de machines (tracteurs) est parfois nécessaire pour les plus gros arbres. Pour le planting de jeunes arbres, pelle et pioche pourront être votre quotidien ! Le planting regroupe plusieurs tâches. Cela peut être la plantation de graines en hangar ou dans les champs. Vous pouvez aussi être amené à planter des arbres déjà plus grands. Là le travail sera plus physique.

Weeding

Ici on vous demandera de désherber des champs ou des potagers. Vous pourrez soit arraché les mauvaises herbes à la main ou encore à la bêche. Préparez vous à des conditions de travail difficiles, sous le soleil avec beaucoup de marche et selon les régions beaucoup de mouches.

Autres jobs

Travailler à la ferme peut également englober d’autres jobs en tant que Farm Hand ! En effet, on pense à la manutention, au fencing, aux jobs dans les solar farms, ou encore dans les fermes céréalières. Vous pourrez aussi être amené à gérer des sillons de grains (températures, livraison, transferts etc) dans une ferme où il y a également du fruit picking ! Ces jobs, également éligibles pour un renouvellement de visa peuvent être une bonne option si vous ne trouvez pas de travail dans le ramassage !

autres jobs fruit picking

Comment trouver un job dans les récoltes

Chaque année des milliers de voyageurs parcourent le pays à la recherche d’emplois dans le milieu agricole. Pour trouver un emploi dans le picking, différentes méthodes peuvent être utilisées. Mais le mieux est encore de multiplier ces méthodes pour mettre le plus de chances de son côté. Il est indispensable de se renseigner sur les saisons des récoltes suivant les régions. Cela vous permettra de programmer votre voyage et d’arriver au bon moment afin de vous donner un maximum de chance pour trouver un job !

Par téléphone

Harvest Trail

Le gouvernement australien a mis en place un site internet dédié au fruit picking, appelé Harvest Job. Vous pouvez y télécharger un guide gratuit qui indique les différents fruits/légumes à récolter suivant les saisons et les régions. Chaque année, une nouvelle édition est disponible avec des mises à jour sur les saisons et les récoltes.
Appelez directement le Harvest Trail au 1800 062 332. Un conseil, appelez le matin tôt pour les offres d’emplois car celles-ci partent vite.

Le Guide des backpackers – contacts de fermes

Avec le Guide des Backpackers, vous aurez accès à de nombreux contacts de fermes (près de 500 sur tout le territoire) vous permettant de maximiser vos chances de trouver un job ! De plus, en les contactant directement, ils pourront vous donner des informations précieuses sur la condition de la saison pour tel ou tel fruit (date de démarrage, pertes des récoltes éventuelles liées à des catastrophes naturelles…), ou vous orienter vers un autre fermier qui lui pourrait avoir besoin de main d’oeuvre.

Téléchargez le Guide des Backpackers

Le Guide des Backpackers en Australie - Cover mars 2020

Notre eBook GRATUIT de 400 pages regroupe toutes les infos dont vous avez besoin pour votre PVT en Australie :

  • démarches administratives
  • transports et manières de voyager
  • jobs + 500 contacts fruit picking
  • régions et vie pratique
  • de nombreuses réductions

Agences spécialisées

Dans certaines villes, les fermiers travaillent avec des recruteurs indépendants (contractors). Cela arrive notamment dans les régions isolées, où il n’y a pas forcément d’agences d’intérim pour faire cette paserelle entre employés et employeurs. Lorsque vous ferez le tour des fermes, les propriétaires vous diront “pour le recrutement, on passe par….”, si cela se reproduit plusieurs fois, il vous faudra entrer en contact directement avec cet agent pour espérer obtenir un boulot dans la ville. Ces contractors vont s’occuper du recrutement de travailleurs, gérer les paies et les différentes démarches administratives (remplir le formulaire d’embauche, superannuation etc).
Suite à des abus par certaines personnes, certains états ont récemment mis en place des régulations pour les contractors. Par exemple, dans le South Australia, le Queensland ou encore le Victoria, les contractors doivent désormais obtenir une licence pour pouvoir exercer.

Les agences d’interim sont très présentes dans les villes. Parmi elles, les deux plus connues auprès des backpackers sont Madec et Skill Hire. Madec dispose de bureaux dans plusieurs états et ont des connexions avec beaucoup d’employeurs où ils sont implantés.

Sites internet utiles

Voici quelques sites internet qui pourront vous être utiles lors de votre recherche de job.

Journaux locaux et panneaux d’affichage

N’hésitez pas à consulter les journaux locaux ou les panneaux d’affichage dans les supermarchés ou encore les hotels ou pubs locaux. Vous pourrez parfois voir des annonces d’offres d’emplois.

Porte à Porte

Le porte à porte est l’une des solutions les plus efficaces pour trouver un emploi dans la cueillette. Les fermiers apprécieront de vous rencontrer avant de vous confier un travail et le contact sera plus facile que par téléphone. Visitez les fermes pendant les horaires de travail afin d’avoir plus de chance de trouver quelqu’un sur la propriété. Dans le cas contraire, il peut être utile de préparer des petites notes à glisser dans leur boîte aux lettres, en indiquant votre recherche d’emploi et votre numéro de téléphone. Cependant, sachez que le porte à porte dans ces régions agricoles, parfois isolées peut prendre du temps et impliquer des frais financiers, parfois non négligeables (consommation d’essence). Ce mode de recherche ne sera possible que si vous possédez votre propre véhicule. En effet, les zones agricoles ne sont pas bien desservies, il est donc difficile d’utiliser des transports en commun.

Bouche à oreille

N’hésitez pas à discuter avec les gens que vous rencontrez. Parlez aux locaux lorsque vous faites vos courses, parlez aux backpackers que vous croisez en auberge ou encore dans les pubs. Beaucoup n’hésiteront pas à partager leurs bons plans si vous leur demandez. Les locaux seront aussi ravis de vous aider s’ils le peuvent !

Backpackers Hostels & Working Hostels

Rendez vous dans les backpacks (auberges) pour consulter le tableau des petites annonces. Parfois, vous pouvez donner votre nom à l’accueil pour être inscrit sur une liste de personnes cherchant dans le picking… si vous n’êtes pas “clients” de l’auberge, les chances de résultats sont alors plus faibles !

Certaines auberges de jeunesses, les workings hostels (situées en zone agricoles) proposent à leurs hôtes de leur trouver du travail dans les récoltes. On en trouve beaucoup vers Mildura, Bundaberg, Shepparton. Elles font le lien avec les employeurs locaux. Cela peut être intéressant, mais il n’y a aucune garantie, l’attente peut être longue selon les saisons et certaines profitent un peu du système. Soyez donc vigilants et n’hésitez pas à demander aux autres jeunes de l’auberge avant de prendre une chambre. Pensez aussi à vérifier les avis sur sur Internet ou Facebook. 

Régions et saisons pour faire du Fruit picking

Carte Fruit picking

Vous pouvez consulter la Carte Fruit Picking Australie qui recense près de 400 contacts et adresses de fermes en Australie. Un bon moyen pour savoir où se situent les fermes et les contacter par téléphone, ou vous rendre sur place !

La carte du fruit picking

Vous êtes à la recherche d’un job dans le fruit picking ? Accédez gratuitement à plus de 400 contacts de fermes via notre carte interactive.

Où et Quand chercher un job dans le fruit picking ?

L’Australie est un grand pays avec des zones climatiques différentes, il est donc tout à fait possible de travailler tout au long de l’année. Cependant certaines périodes seront plus propices que d’autres notamment l’été où les offres d’emploi sont beaucoup plus nombreuses. N’attendez pas le dernier moment pour chercher un travail dans le picking ! De plus, si vous souhaitez renouveler votre visa WHV, il est conseillé de faire ses jours de ferme au plus tôt pour s’assurer de la possibilité d’avoir un second visa.

Saisons

L’Australie est un immense pays, le climat n’est donc pas le même partout. Certaines régions sont, en fonction du climat et des saisons, plus propices à la culture de certains fruits et légumes. L’été sera plus propice à la récolte des fruits et légumes dans le sud du pays et en Tasmanie. L’hiver peut aussi être une occasion pour faire des travaux d’entretien des cultures dans le sud. Sachez que dans le nord du pays (au dessus du Tropique du Capricorne) c’est la saison des pluie entre novembre et mars. Les récoltes risquent donc de s’arrêter et vous pourrez vous retrouver au chômage technique. Pensez à bien vérifier les saisons avant de chercher un emploi dans une région.

Régions

Dans les régions agricoles du New South Wales et du Queensland, il est possible de trouver du travail tout au long de l’année. Pour le Western Australia, vous trouverez des récoltes pratiquement tous les mois de l’année mais la meilleure période reste entre avril et septembre. Dans le South Australia, la meilleure période sera l’été à partir d’octobre, notamment pour les cerises. Vous trouverez du travail dans les récoltes jusqu’aux mois d’hiver. De même pour le Victoria, préférez les mois d’été. L’été vous offrira beaucoup plus de possibilité de jobs en Tasmanie, notamment pour les pommes. Mais vous pourrez aussi trouver des jobs pour l’entretien des plantations et culture pendant les mois froids d’hiver. Enfin, dans le Northern Territoryévitez d’y aller pour travailler entre novembre et mars, à cause de la pluie.

Afin de trouver un job dans les récoltes, il est indispensable de consulter le Calendrier des récoltes. Il vous permettra de vous rendre toujours au bon endroit, et au bon moment !

Le calendrier du fruit picking

Vous êtes à la recherche d’un job dans le fruit picking ? Consultez le calendrier avec toutes les régions et fruits à récolter en fonction des saisons.

Types de récoltes et meilleurs fruits

Chaque état d’Australie offre une importante variété de fruits et légumes à récolter tout au long de l’année. Certains fruits et légumes se récoltent au sol, d’autres sur des arbres et l’utilisation d’échelle sera donc nécessaire. Parmi les meilleurs fruits à récolter on compte évidemment les cerises. En effet, ces fruits sont légers, pas très fragiles et faciles à ramasser (et en plus délicieux). De plus, vous pourrez parfois être payé à l’heure selon les fermes.

Les fruits et légumes à ramasser au sol (fraises, melons) sont déconseillés car votre dos sera mis à rude épreuve. Les mandarines sont également un très bon fruit à ramasser. A cueillir soit à la main soit à l’aide d’un petit sécateur, le ramassage est rapide et les fruits pas très fragiles. Les oranges peuvent rapportées beaucoup d’argent un fois que l’on a le coup de main pour les ramasser. Cependant, ce fruit est plus lourd donc là aussi attention aux dos fragiles !

Salaire et conditions de travail

Les salaires varient selon les fermes et les emplois occupés. Plus l’emploi est pénible et plus le salaire devrait être élevé. Pour les plus gros fruits, les salaires seront en général plus élevés. Les salaires sont payés sur des bases hebdomadaires, à l’heure, ou selon le rendement (au panier, à l’arbre, à la barquette…). Les employeurs payent en général les pickers toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Les paiements se font par virement bancaire, chèque ou encore en liquide. Dans tous les cas, gardez une trace de ce revenu (feuille de paie).

Rémunération à l’heure

Dans ce cas, vous travaillez un certain nombre d’heures et recevez un salaire en fonction des heures travaillées. Cette méthode offre une sécurité financière, vous êtes sûr de votre revenu, quel que soit votre rendement.

Les conventions collectives

Les salaires minimums pour le fruit picking ou tout autre job sont fixées par des conventions collectives (awards). Ils varient selon votre âge et le type de contrat sous lequel vous êtes employé (Full time, Part time ou encore Casual). Les travailleurs casual (saisonniers) doivent touchés plus que les employés stables (de 15 à 25% selon la convention collective).

Pour connaitre le salaire minimum légal auquel vous avez droit, il est important de connaître le secteur professionnel duquel vous dépendez. En effet, le salaire minimum va varié d’un job à l’autre car fixé par les conventions collectives. Par exemple, si vous travaillez dans l’horticulture, vous dépendrez du “Horticulture Award”. Au contraire, si vous travaillez dans les vignes, ce sera la “Wine Industry Award”.

Bon à savoir

Tous les salaires minimums selon les secteurs professionnels (awards) peuvent se retrouver sur le site du FairWork.

Sachez aussi que le salaire minimum peut aussi dépendre de l’âge du travailleur. Un travailler de 18 ans touchera moins qu’un travailleur de 20 ans et cela même s’ils font le même job. Le taux horaires sera également plus élevé si vous travaillez de nuit (après 18h en général) ou encore les jours fériés (variables d’un état à l’autre).

Quelques exemples

Pour vous donner une idée, le salaire minimum dans l’horticulture pour un travailleur âgé de 20 ans ou plus en full time ou part time est de 19.49$ de l’heure (heure normale). Pour un jour férié, il sera de 38.98$ de l’heure. Par contre un jeune de 18 ans touchera 17.93$ de l’heure pour les heures normales.

Pour une personne employée en casual, il sera plus élevé. Prenons le même exemple avec un employé âgé de 20 ans ou plus et travaillant en semaine et heures normales (avant 18h). Le salaire minimum horaire sera de 24.36$. S’il travaille un jour férié, il sera de 43.85$.

Pour les travailleurs dans la viticulture, la convention collective ne prévoit pas de salaires différents selon l’âge. Seul le contrat (Full time, part time, casual) et le moment où vous travaillez font influer sur le taux horaires minimum. En heure normale (jour) en semaine le taux horaire est de 19.78$. Pour les jours fériés, il sera de 49.45$.

Rémunération au rendement

Lorsque le salaire est basé sur votre rendement (piece rate), ne soyez pas étonné si votre première paie n’est pas à la hauteur de vos espérances. Mais persévérez pour obtenir un salaire plus important au prochain versement.

Vous pourrez être payé selon le nombre de seaux remplis ou encore le poids récolté. Dans le premier cas, il s’agit d’un forfait au remplissage. Plus vous remplissez de bins (bennes de 400 ou 500 kg), plus vous serez payés ! Au début vous ne ferez pas beaucoup de bins (1 ou 2 par jour). Le salaire moyen varie entre 60 et 80 AU$/bin selon les fruits. Quand payés au poids, le fermier pese votre récolte à la fin de la journée et votre salaire est déterminé en fonction.

Salaire du travail au rendement

Votre salaire va fortement dépendre des fruits et légumes que vous ramassez. Attendez vous à ne pas gagner beaucoup au début. Mais ne désespérez pas, une fois la technique acquise, vous pourrez gagner beaucoup d’argent ! Des conventions collectives réglementent la rémunération au rendement. Assurez vous d’avoir la mention de ‘piece rate’ dans votre contrat écrit avec votre employeur.

Selon les conventions collectives et l’award duquel vous dépendez, vous devez touché entre 15 et 20% de plus que ce qui est prévu pour le salaire minimum. Par exemple pour le secteur viticole, un travailleur moyen doit toucher 20% de plus du montant prévu pour le salaire minimum. Par exemple, un travailleur à plein temps (full time) devra toucher 23.73$ de l’heure (19.78$ (salaire horaire de base) + 20% (salaire au rendement) = 23.73$)

En application de ces règles, vous pourriez toucher plus d’argent en travaillant au rendement qu’en occupant un emploi payé à l’heure au salaire minimum. Cependant, gardez en tête qu’il faudra un peu de temps pour acquérir une technique de picking et donc être productif au rendement. Votre salaire devrait donc augmenter avec l’expérience. De plus, sachez que les conventions collectives ne prévoient pas que vous soyez payés au moins au salaire minimum. Donc si vous travaillez trop doucement, vous serez payé sous le salaire minimum et cela dans la légalité.

Les horaires de travail

Quand les récoltes sont prêtes, il est fréquent qu’une forte productivité soit demandée par votre employeur. Certains même vous demanderont de travailler 6 ou 7 jours par semaine. Mais dans ces régions agricoles où les attraits touristiques sont souvent pauvres, il peut être alors intéressant de faire un maximum d’heures hebdomadaires afin de pouvoir reprendre votre voyage rapidement. Et souvent, on se rend compte que les semaines passent plus vite lorsque l’on travaille 7 jours sur 7… alors pourquoi pas ? Les conditions de travail étant parfois difficiles, et les températures élevées l’après midi, il est fréquent de ne travaillez que de 8h30 à 15h. Vous pourrez être amené à commencer plus tôt le matin (7h) selon les régions et le moment où vous travaillez.

Conditions de travail

Sachez qu’ils impliquent en général des positions de travail pénibles mettant à l’épreuve votre condition physique. Vous travaillerez parfois penché à hauteur du sol ou encore sur une échelle les bras vers le ciel. Le travail sera souvent répétitif et fatiguant.

Il est important de savoir que ces jobs impliquent une bonne condition physique générale car ils feront souvent appel à des muscles de votre corps que vous ne pensiez même pas exister ! La plupart des fruit picking jobs se font dans des conditions climatiques difficiles. Néanmoins ce type de travail reste accessible à tous, il n’est pas nécessaire d’être un grand sportif. Parfois même les femmes seront plus agiles que les hommes dans certaines tâches. Tout le monde peut donc trouver sa place dans ce type d’emploi. À condition d’avoir de la volonté et un peu de courage évidemment.

Fairwork et vos droits

Même si vous êtes un travailleur étranger, vous avez des droits ! Ne vous laissez pas exploiter et assurez vous de toucher le salaire minimum légal. Tentez au maximum d’obtenir le paiement de tous vos jours travaillés avant de partir. Exigez une fiche de paie pour vos déclarations, en cas de litige et pour les infos telles que ABN, taxes payées etc (impératives pour votre Tax Return). Si votre employeur ne vous a pas payé ou refuse de vous payer même après en avoir parlé avec lui, n’hésitez pas à contacter Fairwork. Cet organisme gouvernemental est chargé des relations, conflits dans le monde du travail.

fruit picking australie fairwork et vos droits

La vie à la ferme

Logement

Il est en général plus facile de trouver un emploi lorsque l’on possède son propre véhicule et donc logement. En général, des caravanes, tentes ou chambres seront mises à disposition des pickers contre un loyer souvent dérisoire. Si cela n’est pas le cas les meilleures solutions restent les caravan parks et hôtels de backpackers alentours, ou parfois l’installation de son van sur la propriété. Certaines fermes mettent à disposition de leurs employés des installations pour cuisiner et divers équipements électroménagers (machine à laver, sèche linge etc…) Il est important de se renseigner au préalable sur les commodités sur place et les tarifs appliqués. Cependant, sachez que les logements mis à disposition sont très souvent “Rudimentaires”. Tout comme la cuisine commune et les sanitaires. Ne vous attendez donc pas à du grand luxe !

Se nourrir et se déplacer

Vous serez sûrement isolé lors de vos travaux à la ferme. Les repas sont à votre charge lorsque vous travaillez et c’est à vous de vous faire à manger. Dans les zones isolées, le choix pour faire ses courses sera limité. Bien souvent cela se limite à un supermarché ou encore une petite superette. Pensez à demander au fermier et vos collègues les meilleurs endroits pour faire ses provisions. Certaines fermes organisent des navettes pour conduire les travailleurs au supermarché du coin. Pensez donc à demander à votre arrivée.

Vos déplacements seront limités si vous vivez sur la ferme. Cependant, si votre auberge ou camping se trouve à quelques kilomètres de la ferme, vous devrez vous organiser pour les transports. Les transports en commun seront inexistant, essayez donc de vous organisez avec les autres employés. Partagez par exemples les frais de transports avec ceux qui ont un véhicule. Certaines fermes prévoient aussi des navettes (payantes ou gratuites) pour transporter les employés depuis leur logement et jusqu’à la ferme.

Isolement

En général travail à la ferme rime avec lieu isolé. Cela peut faire un peu peur mais présente pas mal d’avantages ! Un des moins négligeable est que vous dépenserez beaucoup moins d’argent. Les fermes étant en milieu rural et isolées, les occasions de dépenser sont donc rares ! Tout ce que vous gagnerez restera sur votre compte en banque, c’est donc un bon moyen de faire des économies et mettre de l’argent de côté.

Relation avec employeurs et autres employés

Ces emplois permettent de rencontrer des locaux ainsi que des voyageurs du monde entier. Travailler en ferme, c’est une véritable expérience humaine ! Vous y croiserez des personnes travailleuses et gentilles, vous rencontrerez peut être des employeurs difficiles mais cela restera tout de même une expérience unique ! Le fruit picking vous permettra également de changer d’endroit régulièrement pour travailler et de rencontrer de nouvelles personnes dans tous les coins d’Australie.

10 conseils pour s’améliorer et gagner plus

Voici quelques techniques pour améliorer son rendement. En effet, il existe de nombreuses techniques qui permettent d’être plus efficace. Surtout que de nombreuses fermes payent leurs employés au rendement, et non pas à l’heure!

  1. Ramassez les fruits avec les deux mains de manière indépendante, c’est beaucoup plus rapide !
  2. Pour le picking dans les arbres, commencez par le haut de l’arbre pour descendre petit à petit afin de ne pas avoir à porter un bucket ou un sac chargé à la montée
  3. Evitez d’endommager les fruits, la plupart des fermes contrôleront le contenu de votre panier
  4. Evitez les déplacements inutiles, ramasser zone par zone
  5. Attention aux surcharges ! Ne vous ruinez pas le dos… Vous devez être efficace sur la durée
  6. Essayez de trouver une technique de picking selon votre tâche
  7. Bien placer ses seaux
  8. Si vous êtes en couple ou avec un copain, essayez de trouver des techniques en duo
  9. Entraidez-vous !
  10. Donnez vous à fond le premier jour puis trouvez votre équilibre pour tenir le cap !

Renouveler son Working Holiday Visa

Second WHV

Lorsque l’on a un visa PVT, il est possible de renouveler celui-ci deux fois! En effet, sous certaines conditions, vous pouvez prétendre à 2 années de plus en Australie. En travaillant 3 mois ou 88 jours dans des domaines et régions précises, vous obtenez le droit de renouveler votre visa WHV / PVT pour une deuxième année ! Le fruit picking est un des jobs les plus accessible pour boucler ses 88 jours de travail régional mais ce n’est pas le seul. En effet, voici les domaines dans lesquels vous pouvez travailler :

  • Plant and animal cultivation
  • Fishing and pearling
  • Tree farming and felling
  • Mining
  • Construction

Troisième WHV

Depuis le 1er Juillet 2019, les personnes en WHV peuvent prétendre à une troisième année de visa! Pour cela il faut au cours de votre 2ème année, travailler au moins 179 jours soit 6 mois dans des fermes ou dans des métiers éligibles dans certaines régions d’Australie. Les emplois et les régions éligibles sont les mêmes que pour la seconde année.

Comment éviter les arnaques

Les arnaques sont malheureusement devenues courantes. Les régions réputées pour le fruit picking (Gatton, Shepparton, Bundaberg) sont plus touchées que d’autres. Surtout ne payer jamais à l’avance votre logement pour que l’on vous réserve un job. Si lorsque vous avez commencé votre emploi, vous avez du mal à être payé ou votre salaire ne respecte pas les minimums légaux, n’hésitez pas à contacter Fair Work Ombudsman.

Infos pratiques

Vocabulaire utile
LadderEchelle
GlovesGants
Crop / HarvestRécolte
ShedHangar
Farm handOuvrier agricole
DamEtang
FenceClôture
Horse ridingMonter à cheval
MaintenanceEntretien
Mend fencesRéparer les clôtures
PackingEmballage (des fruits et légumes)
SeedingSemer
WeedingLabourer la terre / retirer les mauvaises herbes
TractorTracteur
Les indispensables du travail à la ferme
La tenue adéquate est définitivement un must ! Prévoyez des bottes en plastique, gants, pantalon, T-shirt manches longues pour se protéger des insectes, griffures d’arbres et coups de soleil. Le chapeau peut être indispensable l’été car il couvre la nuque, le front et le visage. Un imperméable peut s’avérer utile (parfois ils sont fournis par vos employeurs). Pensez à emporter bouteilles d’eau, crème solaire, lunettes, parfois un filet anti mouches et répulsif peuvent permettre de garder son sang froid ! Si vous n’êtes pas partis équipés et souhaitez acquérir des vêtements à moindre coup, allez aux magasins de type Vinnies, Salvos ou second hand shops, vous y trouverez tout le nécessaire pour picker sans vous ruiner !

31 Commentaires

  1. Bonjour,

    Tout d abord merci à vous pour votre blog, j adore
    Pour le picking job faut – il avoir le TFN avant de se rendre sur place ou il y a la possibilité de le faire sur place?

    MERCI

    • Salut,
      Merci pour ce petit mot! Qu’entends-tu par “sur place” ? En Australie ou dans la ferme ?
      La demande de TFN se fait en arrivant en Australie. Mais saches que tu as 3 semaines pour transmettre ton numéro de TFN à ton employeur.
      Pour faire ta demande, tu peux aller dans un bureau de l’ATO ou sur internet : https://iar.ato.gov.au/
      A bientôt.

  2. Bonjour,

    Mon copain et moi sommes très intéressés par cette expérience. Avez-vous des sites à nous conseiller pour nous aider à nous placer à un endroit?

    Merci!

    • Bonjour,

      Il n’y a pas vraiment de sites internet gratuits pour trouver un job dans le fruit picking. Certaines annonces sont publiées sur Gumtree mais attention aux arnaques!
      La meilleure solution reste de se rendre sur place et de faire du porte à porte ou encore de les contacter directement, tu trouveras notamment une liste contacts de fermes sur notre Guide.
      Bon voyage 🙂

  3. Bonjour, votre site est vraiment cool.
    Je suis sur melbourne actuellement et je m’étais déjà informer auprès de vous sur byron bay mais finalement je n’ai pas de destination de choisie. Je voulais monter vers Brisbane ou cairns (sacrément indécis), que me conseillerez vous sachant que mon anglais est encore limite et j’aimerais travailler dans les fermes (peu importe la difficulté) avec si possible une plage dans les enivrions. Je suis preneur de tous contacts ou tout bon tuyaux
    Merci 😉

  4. Donc y a pas moyen de réserver les jobs à l’avance? Je voudrais bien me protéger en programmant à l’avance et ainsi éviter la situation d’un long trajet pour finalement être refusée.. Ou Est-ce que arriver à la bonne saison, on a pour sûr une place? Y a pas trop de concurrence?

    • Salut Rachel,
      Non c’est presque impossible de réserver un job à l’avance, enfin depuis la France en tout cas. Les récoltes sont étroitement liées avec les saison et la météo, donc les fermiers ont tendance à recruter presque au dernier moment. Mais comme tu dis, aller de ferme en ferme cela prend beaucoup de temps et coûte de l’argent. C’est pour cette raison que l’on a intégré une liste de 500 contacts de fermes dans le Guide des Backpackers. Car ça permet de passer quelques coups de fil avant d’aller dans telle ou telle région. Au mieux tu trouves un job pas téléphone, au pire le fermier te donneras de précieuses informations (à condition de lui poser qqes questions) “non c’est trop tôt la saison n’a pas commencée” / “non c’est trop tard” / “rappelle dans 2 jours” etc… Nous c’est que nous faisions en tout cas. On passait quelques coups de fil dans une région pour “tâter le terrain”, puis on se rendait sur place si on sentait qu’il y avait du potentiel. Et parfois on trouvait direct par téléphone.
      Arriver à la bonne saison c’est effectivement primordial (donc consultez le calendrier des récoltes) mais cela ne suffit pas, car il y a effectivement de la concurrence.

  5. Chers Ami(e)s Travelers

    Je pars le 18 mai en direction de Byron Bay, et je souhaiterai savoir si il y en a paris vous qui ont des adresses de plans de fruit picking à me conseiller pour cette période??Evidemment je suis preneuse de tout type d’adresse pas forcement dans le NewSouth Wales..
    Merci à vous et bonne route

  6. Salut,
    J aimerais partir avec un ami et j ai une question concernant les conditions du visa.
    Il y a comme limite de travail “6 mois avec le meme employeur”, on ne peut faire que 6 mois ET avec le meme employeur ou on peut changer de ferme plusieurs fois suivant la saison?
    Merci

    • Bonjour Thomas,
      Oui avec le WHV on ne peut travailler plus de 6 mois avec le même employeur. Ce qui n’est d’ailleurs pas un problème avec le Fruit Picking car la saison des récoltes dure rarement plus de 3 mois. Mais vous pouvez évidemment travailler moins de 6 mois pour un employeur. En général les backpackers travaillent entre 3 semaines et 2 mois dans une ferme, puis repartent voyager quelques mois, puis retravaillent etc..
      Bon trip à toi !
      Cheers

  7. Bonjour,
    Je trouve votre site vraiment bien comparé à d’autres 🙂
    J’ai 18 ans et je pense que je serai être en Australie à partir de septembre pour faire du fruitpicking. En fait j’ai vu quelques sites qui parlaient d’une taxe sur les backpackers de 35% dès le premier dollar gagné au lieu de seulement 15% après 18200 dollars gagnés sur le territoire. Apparemment la taxe a été évoqué en début d’année et doit être appliquée en juillet mais le ministre de l’agriculture essaye de la décaler…donc je voudrais savoir : est-ce que vous pensez qu’elle va être décalée voire supprimée?

    • Salut Pierre,
      Effectivement ce projet de loi a été repoussé, donc pour l’instant difficile de savoir si ça va être appliquer et quand..
      Et honnêtement même si c’est le cas, cela ne doit pas remettre ton projet en question je pense. Surtout que même maintenant, tout le monde ne peut pas prétendre être “résident” fiscalement, donc une bonne partie des backpackers sont déjà taxés à 32.5%. Car il faut théoriquement avoir vécu au moins 6 mois dans la même région. Donc tous ceux qui arrivent après le mois de janvier par exemple, ne peuvent pas prétendre cela lorsqu’ils font leur demande de taxe en Juillet…

  8. Salut,
    je en comprends pas pourquoi vous dites que la taxe sur les backpackers est en ce moment de 325% alors que justement je pensais qu’elle n’était que de 15% après les 18200 dollars gagnés. Il y a deux taxes?
    Je veux dire : je ne vais pas là-bas pour gagner de l’argent, mais j’espérais quand même en avoir pour faire un minimum de choses quand je serai sur place…honnêtement, vous pensez que je ne gagnerai presque rien?
    Et à partir du moment où la nouvelle taxe est décalée et que je suis en Australie avant qu’elle soit appliquée : c’est possible que comme je sois déjà sur le territoire je n’ai pas à la respecter ou qu’elle soit diminuée?
    Merci 😉

    • Oui selon si tu es considéré comme résident ou non résident il y a 2 principaux taux d’imposition. Tu devrais regarder notre article dédiés aux taxes en Australie : Taxback – Déclaration de taxes en Australie
      Lorsque la nouvelle loi sera appliquée, si tu es en Australie et que tu as travaillé, oui tu devras respecter cette nouvelle règle. Mais encore une fois, il ne faut pas croire que tu ne vas rien gagner à cause de ça… Dans tous les pays il y a des impôts à payer, comme en France. Sauf qu’en France tu les payes à la fin de l’année fiscale, alors qu’ici ils sont prélevés directement sur les salaires.

      • D’accord merci pour ces infos j’ai compris 😉
        Je veux juste savoir, même si ça n’a pas grand chose à voir…à votre avis, étant donné que j’ai 18 ans : est-ce que vous me conseillez de partir seul ou avec une organisation?

        • Salut Pierre,
          Difficile à dire, car l’âge n’est pas le seul critère à prendre en compte. Tout dépend si tu te sens prêt, mais honnêtement si tu te prépares bien tu ne devrais pas avoir trop de mal à te débrouiller. Les démarches administratives ne sont pas très compliquées et les australiens sont assez patients et très sympas.
          Le plus important est de pouvoir trouver un job, et les organisations ne t’aideront pas réellement à y arriver. Et même si tu as besoin d’un coup de main pour ça, tu pourras trouver un organisme sur place. Maintenant si ça peut te rassurer et que tu as un peu de budget pour partir avec un organisme ça peut être bien aussi.
          Voilà fais comme tu le sens, en tout cas une fois sur place tu ne resteras pas seul très longtemps 😉
          Voici une vidéo de témoignages de backpackers qui sont partis seuls en Australie : https://www.youtube.com/watch?v=qv9fym9zSJo
          Bon trip à toi !

  9. j’ai un soucis dans une ferme de Caboolture proche de Brisbane. Mon employeur en plus refuse de me donner les fiches de paye avant la fin de la saison des fraises. De plus lorsqu’il y a un ecart de gramme dans une de mes boites il me donne 20 boites supplementaire gratuite donc sans paye en guise de punition… Je suis coince je ne sais pas comment faire car en plus il nous paye en decalage donc si je pars je perdrai deux semaines de salaire. Pouvez vous m’aider ?

    • Salut Julien,
      Si tu as des soucis avec ton employeur, je te recommande de t’adresser au fairwork. C’est le seul organisme gouvernemental destiné à la protection des travailleurs en Australie. Mais avant de faire cela, peut être devrais-tu essayer d’obtenir ce que tu veux en discutant avec ton boss. Je ne sais pas si la punition est “illégale” ou en tout cas assez grave pour risquer quelque chose. Mais pour les fiches de paye c’est bien une obligation et les salaires doivent aussi être payés à la fin de chaque période. Il semblerait qu’il utilise ces 2 “techniques” pour faire en sorte que les backpackers restent plus longtemps dans la ferme.. Sache que le gouvernement chasse ce type de pratiques abusant les backpackers, pas mal d’articles ont d’ailleurs fait le buzz sur internet. Donc à toi de voir. Soit tu essayes d’obtenir ce que tu souhaites (sans éveiller de soupçons), soit tu le menaces de le dénoncer au fair work (mais dans ce cas il faut être prêt à perdre son job), soit tu contactes le fairwork et attend de voir ce qu’ils te disent/ conseillent..
      J’imagine que tu n’es pas seul dans cette ferme ? Qu’en pensent les autres ?
      Bon courage à toi en tout cas.
      Tiens nous au courant.

      Cheers

  10. Bonjour

    Je suis très intéressé pour partir m’aventure en Australie, je voudrais trouver un Job pour 1 ans avec ma copine mais nous savons pas trop comment si prendre…
    Comment s’organise? Qu’est ce qui faut faire ? Ou se loger…
    Nous avons beaucoup de questions qu’ont se pose..
    Nous savons pas trop comment s’y prendre nous voudrons de l’aide merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.