Home Travailler en Australie Travailler en freelance en Australie

Travailler en freelance en Australie

Travailler en freelance en Australie

Parmi les nombreuses personnes qui viennent travailler en Australie, la plupart font des “petits boulots” dans la restauration ou via le travail en ferme. Mais il est également possible, avec un visa de travail, de exercer une activité en freelance. Une autre option qui vous permettra soit d’exercer votre profession, et de vous lancer dans une nouvelle activité. Et avec l’emergence de ces nouvelles tendances “uber”, “deliveroo” etc pouvoir travailler à son compte en Australie ouvre également de nombreuses portes ! Et même avec un Working Holiday Visa, c’est tout à fait possible et les démarches sont simples !

Pourquoi se lancer en tant que freelance en Australie ?

Peser les pour et les contre avant de devenir freelance

Mais d’abord, mettons-nous bien d’accord sur ce qu’être freelance signifie concrètement ! Cela veut dire être son propre patron et gérer son entreprise individuelle, pouvoir choisir ses horaires, être plus libre et flexible, exercer dans son domaine d’activité, acquérir des compétences techniques et généralement avoir un meilleur taux horaire que quand vous étiez serveur. Mais cela implique aussi une charge de travail qui peut être plus importante ou plus stressante, une incertitude concernant le salaire que vous pourrez vous verser chaque mois et une certaine solitude selon votre cadre de travail. Selon votre situation, à vous de vous fixer vos objectifs personnels :

  • Vous êtes déjà freelance en France : vous cherchez à conserver vos clients français pour garder un revenu avant de développer votre activité en Australie. Ou vous avez décider de mettre toute votre énergie à créer votre réseau australien.
  • Vous n’avez jamais été freelance auparavant : vous avez une compétence technique particulièrement et souhaitez vous lancer en Australie. Vous avez une idée de business et avez décidé de la tester sur le marché australien.

Qu’importe votre projet, une de vos principales motivations est de gagner votre vie en gardant votre indépendance et votre liberté ! Et ce, dans un cadre de travail rêvé : en pleine nature ou dans les grandes villes australiennes qui cumulent plages et espaces de coworking.

Peut-on réellement en vivre ?

Au delà des contraintes précédemment évoquées, le métier de freelance comporte une part de risque qu’il ne faut pas sous-estimer. De la même manière qu’en France, vous pouvez perdre un client du jour au lendemain, tomber malade, ne pas trouver suffisamment de client, etc.

Si c’est une première pour vous, nous ne pouvons que vous encourager à vous lancer tout en conservant un petit boulot à côté ! Ou en ayant une épargne suffisante en cas de coup dur. Cela vous permettra de tester le marché et de prendre vos repères dans cette nouvelle routine professionnelle. Gérer vos factures, penser à votre communication, démarcher, tout en profitant de votre voyage en Australie. Toujours motivé ? Allez, voyons un peu les différentes options qui s’offrent à vous !

Les métiers en freelance

Les principaux métiers exercés en freelance

Sur le principe, n’importe quel métier pourrait être réalisable en freelance. Mais commençons par regarder de plus près la liste de ceux qui ont le vent en poupe ces dernières années…

  • Les métiers du web : développeur, data analyst, intégrateur web…
  • Les métiers du marketing : rédacteur web, community manager, social media manager, consultant SEO…
  • Les métiers créatifs : graphiste, dessinateur / illustrateur, photographe, webdesigner, architecte…
  • Les métiers commerciaux : business developper, commercial…
  • Les métiers de la rédaction et communication : journaliste, rédacteur, attaché de presse, traducteur…
  • Les métiers du conseil et de l’enseignement : professeur de langue, consultant, formateur, coach…
  • Les métiers du conseil : coaching, administratif, communication…

Ainsi qu’importe votre domaine, il vous est possible d’exercer. Il est évident que certaines activités seront plus accessibles que d’autres néanmoins.

travailler en freelance les métiers

Services typiques accessibles aux jeunes voyageurs

Si vous n’avez pas d’idée précise du domaine qui vous intéresse, voici quelques pistes à explorer :

  • Les métiers liés au tourisme et au voyage : vous avez un atout, vous parlez français ! Cela peut s’avérer très utile dans des secteurs tels que le tourisme qui s’adresse régulièrement à une population française. Pensez aux agences de voyage mais également aux établissements proposant de la location de véhicule par exemple.
  • Les métiers de la communication et du marketing : encore une occasion de faire valoir votre connaissance de la langue française et du marché français ! Visez des missions de traducteur, de rédacteur ou encore de communiquant.
  • Les métiers de la vente : de nombreuses entreprises en Australie fonctionnent encore avec un réseau de commerciaux chargés de développer leur propre portefeuille client. Si vous n’avez pas peur de faire du porte à porte, c’est un créneau à tester !

Ce ne sont évidemment que quelques exemples parmi tant d’autres. Si vous souhaitez vous lancer en tant que coach sportif ou décorateur d’intérieur, c’est le moment d’essayer !

Type de rémunération

Passons au sujet qui vous intéresse : combien pouvez-vous espérer gagner en tant que freelance ?

C’est un vaste sujet qui nécessite quelques recherches. Votre rémunération va en effet varier selon plusieurs critères : votre domaine d’activité, votre niveau d’expérience, la concurrence présente sur place, etc.

Pour effectuer vos recherches, rendez-vous sur des plateformes de freelance ou encore sur le site Payscale qui propose une comparaison des salaires en fonction de votre métier, de vos compétences, de votre parcours et bien d’autres critères. Par exemple, sur Payscale, il est estimé qu’un freelance en graphic design facture en moyenne 34,88€ l’heure.

En général, vous pouvez estimer un taux horaire moyen 20 à 30% plus élevé qu’un employé exerçant la même fonction. Tout simplement car vous devrez payer vos taxes ! Oui ce n’est pas la partie la plus amusante mais il est important de faire cela dans les règles. Voyons tout de suite quelles sont les différentes démarches à effectuer.

Les salaires en Australie

Pour tout savoir sur le niveau de rémunération en Australie et le système de paye.

Les démarches administratives à effectuer 

Obtenir le combo gagnant : TFN & ABN

La bonne nouvelle c’est que pour la plupart des démarches administratives en Australie, s’inscrire en tant que freelance est simple et gratuit ! Tout est faisable en ligne et la réponse ne prend généralement pas plus de 2 à 3 semaines.

La première étape, si ce n’est pas déjà fait, est d’obtenir votre TFN. Que vous comptiez travailler en tant que freelance ou salarié, ce numéro fiscal est obligatoire ! Retrouvez notre guide complet pour en faire la demande.

La seconde étape est de vous inscrire sur le site de l’ABR (Australian Business Register) afin d’obtenir votre ABN (Australian Business Number). L’ABN prend la forme d’un numéro d’immatriculation à 11 chiffres et qui est l’équivalent de notre numéro SIRET en France. Voici les différentes informations que vous devrez fournir lors de votre inscription :

  • Vos coordonnées complètes
  • Votre TFN
  • Une preuve de votre identité (votre passeport scanné)
  • Une description de votre activité
  • Préciser que vous êtes un « sole trader », c’est-à-dire une micro-entreprise où il n’y a que vous

S’il vous manque certaines informations, il vous est possible de sauvegarder votre démarche et de revenir la compléter plus tard en vous créant un compte. Une fois terminé, il ne vous reste plus qu’à attendre la réponse (dans les quinze jours suivants).

Créer sa première facture

C’est parti, vous êtes officiellement freelance ! Félicitation !

Attention maintenant à respecter quelques règles telles que :

  • Ne pas travailler plus de 6 mois pour une même personne si vous êtes en WHV OU pouvoir prouver que vous avez d’autres clients en parallèle
  • Garder une trace de vos facturations et dépenses liées à votre entreprise. Le plus simple pour cela est de tout gérer en ligne et de facturer correctement vos clients.

Sur chacune de vos factures doivent apparaître les informations suivantes :

  • Nom et adresse de votre entreprise
  • ABN de l’entreprise
  • Date et numéro de facture
  • Nom et adresse de votre client
  • La liste et la description des produits / services vendus (préciser la quantité et ajouter si possible une description) avec la somme en $ correspondante le montant total
  • Vos coordonnées bancaires

Ensuite, deux cas de figure existent si vous êtes soumis à la GST (Goods and Services Tax), l’équivalent de notre TVA.

Cas n°1 : vous pensez excéder un revenu annuel de 75000$ ? Votre facture doit mentionner obligatoirement « Tax invoice ». Et si ce n’est pas déjà fait, vous devez vous inscrire à la GST via le site de l’ABR.

Cas n°2 : vous pensez ne pas dépasser les 75000$, ce qui est le cas le plus courant
sur une première année. Votre facture doit porter la mention « No GST has been
charged ».

Payer ses cotisations et taxes

Comme c’est le cas en France, vous devrez déclarer vos revenus ! En Australie, les travailleurs doivent faire cette déclaration une fois par an entre le 1er juillet et le 31 octobre. Le montant des taxes varie principalement selon que vous soyez résident ou non-résident. Attention, en tant que WHV, vous êtes automatiquement non-résidents (même en restant plus de 6 mois au même endroit).

Calcul des taxes

Pour vous donner une idée du montant que vous devrez payer, utiliser l’outil en ligne de l’ATO.

Trouver des missions

Les différentes plateformes pour trouver des missions

Le secret pour une activité pérenne de freelance ? Multiplier les sources de revenu ! On le répète mais tout miser sur un seul client est risqué et pas très légal si vous souhaitez poursuivre plus de six mois.

Il existe plusieurs plateformes dédiés à la recherche de missions freelance :

L’intérêt de ses plateformes est qu’elles permettent de mettre en relation directement des prestataires (vous) et de potentiels clients. L’interface vous permet de vous créer un profil pour valoriser vos compétences et vos travaux. Certaines d’entres-elles sont plus ou moins spécialisées dans un ou plusieurs domaines. A vous de voir celles qui vous correspondent. Une autre alternative est d’utiliser les sites australiens de petites annonces comme Gumtree ou encore Airtasker.

Augmenter ses chances de trouver ses premiers clients

Faites savoir au monde entier que vous êtes freelance ! La formule est un peu grossière mais promis cela fonctionne. La majorité des freelance pourront vous le confirmer, leur meilleure démarche commerciale repose sur le bouche à oreille. Il faut donc informer votre entourage personnel et professionnel en priorité.

Première étape : mettre à jour votre profil LinkedIn en créant une version en anglais ! Il n’est pas rare de se faire contacter directement par une entreprise ayant des besoins spécifiques sur une mission. Pour cela, pensez à inclure les bons mots-clés dans votre résumé, votre titre et dans les descriptions de vos expériences professionnelles. Enfin, mettre une photo de couverture liée à votre activité ou indiquant votre présence en Australie peut faire la différence. Pensez-y !

Deuxième étape : ajoutez votre profil Linkedin ou Malt dans votre signature d’e-mail, dans la description de votre bio Instagram ou WhatsApp, bref sur tous vos supports.

Troisième étape : participez à des événements type Meetup rassemblant des personnes de votre domaine d’activité ou de votre cœur de cible. Etre freelance c’est être là au bon moment, maximisez donc vos chance en sortant rencontrer des gens comme vous !

Mon retour d’expérience

J’ai moi-même expérimenté la vie de freelance en Australie lors de mon premier WHV. J’avais la chance d’avoir gardé des clients de mon agence digitale où je travaillais à Lyon et ai pu continué mon activité à distance (en travaillant en décalé avec des call client à 19h ou 20h, mais c’est faisable !).

J’ai également expérimenté les cours privés de français qui m’ont permis de rencontrer des australiens qui sont restés de très bons amis. J’ai malheureusement dû arrêter car il était compliqué de gérer les longs trajets (souvent à l’autre bout de Sydney !) pour un salaire très variable selon le nombre de cours que j’arrivais à avoir en une semaine.

Dans tous les cas, ce fut des expériences très enrichissantes et je ne peux que vous encourager à vous lancer ! 😉

Australie Guide Backpackers
La communauté des backpackers vous aide à préparer votre voyage en Australie. Partage de bons plans, d'expériences, conseils jobs, astuces de backpackers etc.. Guide gratuit (eBook) pour travailler et voyager en Australie avec un Working Holiday Visa ! Un guide écrit par des backpackers, pour les backpackers

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.