Home Expériences de job Travailler dans le bâtiment en Australie

Travailler dans le bâtiment en Australie

Travailler dans le bâtiment en Australie

Travailler en Australie dans le secteur de la construction offre de nombreux avantages. Sachez que vous pouvez travailler dans le bâtiment aussi bien en ville qu’à la campagne et que le secteur de la construction englobe beaucoup de jobs différents (maçons, électriciens, charpentiers…). De plus, ces emplois sont bien souvent très bien payés (bien au-delà du salaire minimum pour les backpackers). Bonne nouvelle ! Les jours travaillés peuvent compter pour le renouvellement de votre PVT (selon les régions). D’autre part, il est relativement facile de trouver un job de ce type car la demande est très forte. Voici donc tout ce que vous devez savoir afin d’obtenir un emploi dans le bâtiment.

Que faut-il pour travailler dans le bâtiment ?

Un bon niveau d’anglais

Votre niveau d’anglais doit être assez bon pour comprendre les consignes. En effet, travailler dans la construction peut être dangereux, il est donc nécessaire d’être capable de comprendre les règles de sécurité et les consignes de vos employeurs. De plus, vous devrez passer une formation spéciale appelée « White Card ». Il sera alors impératif pour vous de comprendre les questions qui vous seront posées lors du test afin de pouvoir le valider.

La White Card

Qu’est ce que la White Card?

La White Card ou Construction Induction Card est un permis obligatoire pour travailler dans le secteur du bâtiment. Elle atteste que vous avez suivi une formation et que vous connaissez les règles de sécurité à appliquer sur les chantiers de construction. Elle concerne l’ensemble du personnel (superviseurs, chefs de chantiers, ouvriers…) qui travaille sur un chantier car la majorité des emplois dans ce domaine sont réglementés en Australie. Selon l’état dans lequel vous choisissez de travailler, la règlementation va varier d’une profession à une autre.

Comment obtenir la White Card ?

La White Card s’obtient grâce à une formation que vous aurez préalablement validée. Cette formation peut se faire en ligne (c’est ce qui se fait de plus en plus) ou en présentiel. Certains états exigent l’une des deux options et ne vous laisseront pas le choix. Si vous choisissez la 1ère option, vous devrez alors passer un court entretien vidéo obligatoire. La formation dure en général 5 à 6 heures, l’avantage de la suivre en ligne est que vous pouvez prendre votre temps et vous connecter autant de fois que vous le souhaitez. Le contenu des cours couvre différents sujets tels que les responsabilités au travail, les risques liés aux travaux de construction ou encore les urgences et les EPI (Équipements de Protection Individuelle). Son prix varie en fonction des différents états mais pour vous donner une fourchette, il s’étend de 38$ à environ 130$.

Une fois obtenue, la White Card est reconnue dans tous les états et territoires australiens et elle n’a pas de durée de validité. Ceci-dit, si vous ne travaillez pas dans le secteur de la construction pendant 2 ans, il vous faudra suivre un cours afin de rafraîchir vos connaissances.

Sachez que pour obtenir la White card, il vous faudra créer un USI (Unique Student Identifiant) car il s’agit d’un diplôme australien. La démarche est gratuite et vous prendra peu de temps (5-10 minutes). Il vous suffit de vous rendre sur le site spécialisé USI du gouvernement australien. Détail important : vous devez vous trouver sur le territoire australien pour faire votre demande car un numéro de visa vous sera demandé en plus de votre pièce d’identité.

Si vous souhaitez en savoir plus, consulter notre article dédié : Passer sa White Card en Australie

Réductions sur les formations pour obtenir la White Card

Profitez d’offres spéciales sur les formations pour obtenir la white card et travailler dans le bâtiment.

Autres Cartes et Licences 

Vous devez savoir qu’il n’existe pas une seule et unique carte. En effet, certains métiers nécessiteront d’avoir d’autres cartes, licences voire même permis… Voici une liste (non exhaustive) de quelques exemples de métiers et de leur pré-requis.

  • Forklift 

Conduite d’un chariot élévateur.
Il existe deux types de chariot élévateur donc deux types de licence : classe LO et classe LF. 
Durée de validité : 5 ans
Coût : entre 500$ et 600$.

  • Scaffolding 

Montage et démontage d’échafaudages pour des travaux de construction.
Il existe trois classes de permis d’échafaudage : basique, intermédiaire et avancé. 

  • Traffic Controller

Assure la circulation des voitures (et piétons) manuellement lors de travaux, chantiers…
Au moins ces deux compétences sont requises dans tous les états australiens : Control traffic with stop-slow bat (RIIWHS205E) et Implement traffic management plans (RIIWHS302E).
Durée de validité : 3 ans
Coût : entre 200$ et 500$.

  • Materials Platform Hoist 

Faire fonctionner un treuil de chantier afin de permettre l’élévation de matériaux ou de biens.
Il existe trois types d’appareils de levage qui nécessite une licence.
Durée de validité : 1 an.

L’équipement 

Vous devez disposer du matériel « PPE » (Personal Protective Equipment) pour travailler sur les chantiers. Il vous faudra investir un minimum et avoir en votre possession une veste à haute visibilité, des chaussures de sécurité et un casque de protection. Selon les sites de construction et en fonction de votre métier, ajoutez à cela lunettes de protection et des protections auditives. Ces 5 éléments vous seront demandés pour passer la White Card en ligne.
Vous pouvez acheter ces équipements neufs chez Bunnings ou alors d’occasion dans des op-shops, sur Gumtree, Marketplace ou via des groupes Facebook.

Quels métiers exercer dans la construction et pour quel salaire ?

Le salaire minimum

Sachez que peu importe le job que vous occuperez en construction, un salaire minimum est applicable. En effet, en Australie, les salaires minimums applicables dépendent de conventions collectives (award) et varient selon les secteurs. Dans le domaine de la construction, c’est le Building and Construction General On-Site Award (MA 000020) qui s’applique. Au moment de votre embauche, pensez à demander à votre employeur sous quel statut vous êtes employé. Il peut s’agir d’un contrat casual (occasionnel), daily hire (à la journée) ou encore weekly hire (à la semaine). Votre salaire sera différent en fonction de cela. Les travailleurs embauchés sous un contrat casual bénéficient d’un taux horaire plus élevé du à la précarité de leur situation (pas de congés payés, préavis court…).

Pour vous donnez une idée des différences de taux horaires, en semaine, le salaire minimum (niveau 1 – sans expérience dans le domaine), en casual vous toucherez le salaire minimum +25% de l’heure par rapport à une personne embauchée à la semaine (20.85$).

Si l’argent est votre leitmotiv, privilégier les postes de nuit ou accepter de travailler le week-end. En effet, les heures sont beaucoup mieux payées (parfois jusqu’à 50% en plus de votre salaire).

Attention cependant, si vous exercez un métier plus spécialisé dans la construction, vous dépendrez sûrement d’un autre award, avec des taux horaires différents (par exemple plombier, électricien).

Pour calculer votre salaire minimum, vous pouvez utiliser cet outil du FairWork.

Les différents métiers en construction

Voici une liste des métiers que vous pouvez exercer en Australie sans avoir trop d’expérience ou de qualification. 

Laborer

C’est la main-d’œuvre non qualifiée. Votre rôle consiste à être disponible pour effectuer diverses tâches manuelles sur le chantier. Cela implique de porter des sacs de ciment, des briques, des planches de bois, passer les outils, assister les artisans, remplir des seaux d’eau et les transporter, manier quelques outils tels que le marteau-piqueur ou encore faire une isolation par exemple… L’avantage est que vous serez en contact avec les différents corps de métiers du chantier. Ceci-dit, sachez que c’est un travail physique et que vous allez transpirer. La paie varie entre 25$ et 45$ de l’heure net selon son expérience et la difficulté du labeur requis (comptez 25$ à 30$ au début et sans expérience).

Cleaner

Cela implique de ramasser les débris, balayer les poussières, mais aussi trier les déchets (généraux et spéciaux). Le cleaner porte un masque car la poussière est dangereuse pour les poumons. Il maintient de bonnes conditions de travail en nettoyant le chantier. C’est un travail qui reste tout de même physique mais raisonnablement. La paie est la même que celle d’un laborer. Sur de très petits chantiers, vous pourrez même exercer les deux activités à la fois.

Traffic Controller

Le traffic controller brandit des panneaux et assure la circulation routière quand les panneaux tricolores ne sont pas disponibles. Il assure en parallèle la sécurité des piétons. C’est le métier en construction qui compte le plus de femmes. En effet, il est peu physique et bien payé et certaines entreprises cherchent à féminiser leurs effectifs. Outre le fait que l’on ne vous demandera pas une condition physique de titan, il vous faudra rester debout durant de longues heures, parfois même en plein soleil et il vous arrivera très certainement de vous ennuyer… chaque avantage à ses inconvénients ! Rassurez-vous en vous disant que le métier de traffic controller est mieux payé que la plupart des autres métiers en construction puisque le salaire horaire varie d’environ 31$ (sans expérience) à plus de 40$ (pour les travailleurs expérimentés).

Métiers spécialisés

Etre électricien, charpentier, plombier, dalleur ou tout autre métier qualifié sur un chantier australien rapporte beaucoup.  Contactez directement l’entreprise pour faire valoir vos diplômes sur le territoire ou échanger directement avec eux au sujet votre expérience, comptez au moins 30$ à 35$ de l’heure.

Travailler dans le bâtiment en Australie

Comment trouver un job dans la construction 

Les sites internet spécialisés

Gumtree est le graal du backpacker.  Il vous suffit de poster une annonce dans la catégorie « job ». Précisez quel type d’emploi vous recherchez dans le domaine de la construction et faites un petit résumé de vos points forts (bon niveau d’anglais, forme physique, expérience(s) précédente(s), détention de la White Card, disponibilité…). N’hésitez pas non plus à vérifier chaque jour les nouvelles offres d’emploi mises en ligne sur le site car les employeurs postent régulièrement des annonces.

Vous pouvez également consulter les offres sur les sites de recherche d’emplois tels que Seek ou Indeed en vous rendant dans la catégorie « construction ».

Les agences d’intérim

Les agences d’intérim ou « labour hire » vous seront d’une aide précieuse dans votre recherche d’emploi. L’inscription est gratuite (en général) et très rapide. Elle peut se faire en ligne ou directement à l’agence (pensez à vous munir au minimum de votre passeport, votre TFN et votre White Card). Certaines agences demanderont que vous ayez de l’expérience, d’autres pas. Quelques-unes d’entre elles sont présentes partout dans le pays (Hays par exemple). D’autre part, nous vous conseillons Labour Solutions Australia ou encore Skill Hire et FT Workforce qui possèdent des agences à Sydney et à Melbourne.

Les autres méthodes

Le bouche-à-oreille est une très bonne méthode. N’hésitez pas à parler avec les gens de votre hostel et à demander directement aux australiens s’ils ont des contacts dans la construction. Comme le disent si bien les australiens de certaines communautés rurales « la meilleure manière de trouver du travail, c’est d’aller au pub ! ».

Les working hostels peuvent être un atout pour trouver du travail : ils agissent à la fois comme des hostels et des agences d’intérim. Attention toutefois aux fausses promesses et aux tarifs exorbitants car les arnaques sont main courant pour certains.

Outre cela, les réseaux sociaux comme Facebook fourmillent de groupes tels que  » Les français à Sydney « , « Australia backpackers jobs « ,  » construction jobs in Australia « ,  » Australie – Conseils / Bons Plans  »  où les offres d’emploi défilent rapidement. Pensez à vérifier tous les jours ces groupes / pages.

Travailler dans le bâtiment en Australie

Renouveler son WHV (Working Holiday Visa)

Sachez que si vous êtes en PVT (subclass 417) et que vous décidez de travailler dans le domaine du bâtiment, vos jours de travail seront comptabilisés pour renouveler votre visa (2ème et 3ème année). Cependant, faites bien attention car tous les jobs en construction ne sont pas éligibles pour le renouvellement. Voici la liste des secteurs éligibles (extraite du site de l’immigration) :

  • Residential building construction (construction de bâtiments résidentiels)
  • Non-residential building construction (construction de bâtiments non résidentiels)
  • Heavy and civil engineering construction (construction lourde, génie civil)
  • Land development and site preparation services (aménagement du territoire et préparation des sites)
  • Building structure services (construction structurelle)
  • Building installation services (travaux d’installation)
  • Building completion services (finitions)
  • Other construction services (autres)

Pour que vos jours soient comptabilisés, assurez vous que le code postal où vous travaillez est éligible. En général, cela concerne les zones en dehors des grandes villes (Sydney, Melbourne, Brisbane, Perth et leurs banlieues).

Témoignages de backpackers

Nicolas, 23 ans, Perpignan, Laborer/Cleaner

J’étais curieux du monde de la construction. A mon hostel, ceux qui y travaillaient me disaient bien gagner leur vie, alors quand ils m’ont dit qu’il y avait de la place dans leur chantier, je n’ai pas hésité. J’ai donc investi 100 dollars dans la white card et des bottes de sécurité, puis je me suis procuré le reste de l’équipement avec ce que des backpackers avaient abandonné à l’hostel, le tout m’a pris une nuit et une heure le matin, avant de partir bosser. C’était un très petit chantier avec une bonne ambiance, de la musique, où tout le monde travaillait dur. Une heure de pause à midi et du travail physique tout le reste de la journée. J’étais payé 28 dollars de l’heure, sans expérience préalable. Ça m’a appris beaucoup de choses et à utiliser pas mal d’outils, ça a fait de moi quelqu’un de plus manuel et de plus fort.

Cisley, 20 ans, Toulouse, traffic controller

J’ai choisi la construction parce que je n’avais plus beaucoup d’argent et j’ai entendu dire que je pouvais en gagner beaucoup. Pour ce faire j’ai du passer les white card, yellow card et blue card courses qui m’ont coûté près de 500 $. J’étais payée 30 dollars de l’heure et 40 dollars les horaires de nuit. C’est une expérience qui m’a appris à être patiente et de quasiment rien faire de toute la journée. J’étais dans le traffic control et je me tenais debout + de 10 h par jour en faisant vraiment peu parfois.

Lexique construction

Voici quelques mots de vocabulaire de base pour vous aider. Vous pouvez trouver des lexiques avancés sur internet.

OUTILSTOOLS
Boîte à outilsToolbox
MarteauHammer
EchelleLadder
ClouNail
Mètre enrouleurTape measure
Une cléSpanner
Fer à souderSoldering-iron
PerceuseDrill
RallongeExtension cord
TournevisScrewdriver
VisScrew
Marteau-piqueurJackhammer/pneumatic drill
Niveau (à bulles)Spirit level
ScieSaw/handsaw
EQUIPMENTEQUIPEMENT
Lunettes de sécuritéSafety goggles
Cône de signalisation(Traffic) Cone
Casque de chantierHard hat
Chaussures de sécuritéSafety boot
BalaiBroom/carpet sweeper
Panneau de signalisationRoad sign/highway sign/sign
CimentCement
SeauBucket/pail
Planche de boisPlank/board
BriqueBrick
EchafaudageScaffolding
EMPLOISJOBS
Ouvrier/travailleur manuelLaborer
Homme/femme de ménageCleaner
Ouvrier polyvalent (homme à tout faire)Laborer / Cleaner
MaçonConcreter
Monteur isolation thermiqueLagger
Régulateur de traficTraffic Controller
Electricien Electrician
PlombierPlumber
PlâtrierPlasterer
Charpentier / menuisierCarpenter/ Joiner
PeintrePainting Trades Worker
Installateur d’échafaudageScaffolder
AUTREOTHER
Passage piétonPedestrian crossing/zebra crossing/crosswalk
PoussièreDust
ENGINS DE CHANTIERBUILDING SITE MACHINERY
CamionTruck
PelleteuseExcavator
TreuilWinch/hoist
ChargeurLoader
Rouleau compresseurSteamroller
Chariot élévateurForklift truck
Camion benneDump truck
4.8/5 - (39 votes)
La communauté des backpackers vous aide à préparer votre voyage en Australie. Partage de bons plans, d'expériences, conseils jobs, astuces de backpackers etc.. Guide gratuit (eBook) pour travailler et voyager en Australie avec un Working Holiday Visa ! Un guide écrit par des backpackers, pour les backpackers