Home Travailler en Australie Travailler comme traffic controller en Australie

Travailler comme traffic controller en Australie

0
Travailler comme traffic controller en Australie

Vous êtes actuellement en Australie avec votre WHV en poche et vous cherchez du travail. Pourquoi ne pas tenter l’expérience et vous mettre dans le rôle d’un traffic controller ? Ce métier de la construction est un bon compromis entre travail bien payé et pas trop physique. Cela-dit, avant de vous lancer dans cette nouvelle aventure, il vous faudra respecter quelques points. C’est ce que nous allons aborder à travers cet article.

Traffic controller : qu’est-ce que c’est ? 

Les traffic controller sont des agents de la circulation. Ils interviennent sur la voie publique pour faire appliquer le code de la route aux usagers. Parmi les usagers, on compte les véhicules à 2 roues ou à 4 roues motrices mais également les piétons. De manière organisée, ils gèrent aussi les déplacements des équipes d’intervention d’urgence et des travailleurs de la construction. L’intégralité de ces usagers se doit d’utiliser les routes de manière sûre et ordonnée.  Pour cela, ils utilisent comme outil de travail principal une signalisation adaptée (panneaux et d’autres dispositifs).

Ils travaillent dans les zones de travaux, de construction ou d’accident, près des événements publics ou des perturbations routières. Comme ils évoluent seuls sur le terrain, les consignes sont données via une radio et sont régulièrement mises à jour. C’est LE métier dans le secteur de la construction qui compte le plus de femmes. En effet, il est peu physique et bien payé. Outre cela, il est vrai que les entreprises cherchent également à féminiser leurs effectifs. Vous l’aurez compris, l’objectif premier de ces travailleurs de la route est donc d’assurer la fluidité et la sécurité du trafic. Tout cela afin de prévenir les risques d’accidents de la route.

De quoi ai-je besoin pour travailler dans ce domaine ?

Un bon niveau d’anglais

Votre niveau d’anglais doit être correct. Il doit vous permettre de comprendre les consignes de vos employeurs et de votre équipe. En effet, travailler dans la construction peut s’avérer dangereux. De ce fait, il est nécessaire d’être capable de comprendre les règles de sécurité et les consignes. La compréhension rend l’application des consignes et des règles plus facile. Outre cela, vous devrez passer une formation spéciale appelée « White Card ». Pour la valider, il vous sera impératif de comprendre les questions qui vous seront posées lors du test.

La White Card

La White Card ou Construction Induction Card est un permis obligatoire pour travailler dans le secteur du bâtiment en Australie. Elle atteste que vous avez suivi une formation et que vous l’avez validée. En conclusion, vous connaissez les règles de sécurité à appliquer sur les chantiers de construction. Cette certification doit être obtenue par l’ensemble du personnel (superviseurs, chefs de chantiers, ouvriers…) travaillant à vos côtés. Selon l’état dans lequel vous travaillerez, il est possible que la règlementation varie d’une profession à une autre.

La formation de White card peut être faite en ligne ou en classe. En ligne, l’avantage est que vous pouvez prendre votre temps et vous connecter autant de fois que vous le souhaitez. La formation dure entre 5 et 6 heures. Le contenu des cours couvre les responsabilités au travail, les risques liés aux travaux de construction ou encore les situations d’urgence et les EPI (Équipements de Protection Individuelle). Le prix varie en fonction des états, comptez entre 38$ et 130$.

La White Card est reconnue dans toute l’Australie. Elle n’a pas durée de validité. Ceci-dit, il existe une petite exception ! Si vous ne travaillez pas dans le secteur de la construction pendant 2 années consécutives, il vous faudra suivre un cours pour mettre à jour vos connaissances.

Pour obtenir la White Card, vous devez créer un USI (Unique Student Identifiant) car il s’agit d’un diplôme australien. La démarche est gratuite et se fait sur le site spécialisé USI du gouvernement australien.

Réductions sur les formations pour obtenir la white card

Profitez d’offres spéciales sur les formations pour obtenir la white card et travailler dans le bâtiment.

Si vous souhaitez en savoir plus : Passer sa White Card en Australie

Formations

Un minimum de compétences est requis. Les deux formations suivantes sont obligatoires dans tous les états australiens : 

  • Control traffic with stop-slow bat (RIIWHS205E) 
  • Implement traffic management plans (RIIWHS302E).

La durée de validité est de 3 ans et le coût est compris entre 200$ et 500$.

Un équipement adapté

Vous devez disposer du matériel « PPE » (Personal Protective Equipment) pour travailler sur les chantiers. Il vous faudra investir un minimum d’argent avant même d’avoir commencé à travailler. Vous devrez posséder une veste à haute visibilité, des chaussures de sécurité et un casque de protection. Selon les sites de construction et en fonction du poste occupé, ajoutez à cela des lunettes de protection et des protections auditives. Ces 5 éléments vous seront demandés pour passer la White Card en ligne.
Vous pouvez acheter ces équipements neufs chez Bunnings ou alors d’occasion dans des op-shops, sur Gumtree, Marketplace ou via des groupes Facebook.

Conditions de travail : avantages et inconvénients 

Avantages

  • Se sentir utile en aidant autrui à respecter les règles de circulation, 
  • Contribuer à réduire le nombre d’accidents de la route et ainsi sauver des vies,
  • Le salaire est attractif,
  • Travail en extérieur (vous n’êtes pas enfermé à l’intérieur toute la journée et lorsque la météo est belle c’est agréable),
  • Outre le fait d’être debout longuement, le travail n’est pas trop physique. 

Inconvénients

  • Devoir travailler pendant les vacances et les week-ends,
  • Travail en extérieur et au rythme des conditions météorologiques : les jours de mauvais temps (froid, pluie, vent ou neige), ce n’est pas toujours agréable… De même si le lieu de travail est situé en plein soleil et que les températures sont élevées,
  • Le travail est ennuyeux car vous n’êtes pas en mouvement permanent et vous travaillez souvent seul,
  • Travail pénible du fait de devoir rester debout durant plusieurs heures.

Le salaire d’un traffic controller

La première chose que vous devez savoir à ce sujet, c’est qu’il existe un salaire minimum qui est applicable. En effet, en Australie, cela dépend des conventions collectives (Award) mises en place dans le domaine. Les salaires varient donc selon les secteurs. Dans le domaine de la construction, c’est le Building and Construction General On-Site Award (MA 000020) qui s’applique. Votre salaire sera différent selon le contrat sous lequel vous êtes embauchés. Il peut s’agir d’un contrat casual, daily hire (à la journée) ou encore weekly hire (à la semaine). Les travailleurs casual ont un taux horaire plus élevé à cause de à la précarité de leur situation (pas de congés, court préavis).

Pour calculer votre salaire minimum, vous pouvez utiliser cet outil du FairWork.

Le métier de traffic controller est mieux payé que la plupart des autres métiers en construction puisque le salaire horaire varie de 31$/heure (sans expérience) à plus de 40$/heure environ (pour les travailleurs expérimentés).

Comment trouver un job de Traffic Controller ?

Les sites internet spécialisés

Gumtree est l’allié n°1 du backpacker.  La meilleure option pour vous sera de poster une annonce dans la catégorie « job ». Faites un petit résumé pour mettre en avant vos points forts (bon niveau d’anglais, forme physique, expérience(s) précédente(s), détention de la White Card, disponibilité…). N’hésitez pas non plus à vérifier chaque jour les nouvelles offres d’emploi mises en ligne sur le site car les employeurs postent régulièrement des annonces.

Vous pouvez également consulter les offres sur les sites de recherche d’emplois tels que Seek ou Indeed en vous rendant dans la catégorie « construction ».

Les agences d’intérim

Les agences d’intérim ou « labour hire » vous seront d’une aide précieuse dans votre recherche d’emploi. L’inscription est (généralement) gratuite et très rapide. Elle peut se faire en ligne ou directement à l’agence. Avant votre visite, pensez à vous munir au minimum de votre passeport, votre TFN et votre White Card. Certaines agences demanderont que vous ayez de l’expérience, d’autres pas. Sachez que certaines agences sont présentes partout dans le pays (Hays par exemple). Dès lors, vous pourrez les retrouvez facilement. D’autre part, si vous séjournez à Sydney ou Melbourne, nous vous conseillons les agences Labour Solutions Australia ou encore Skill Hire et FT Workforce.

Les autres méthodes

Le bouche-à-oreille est une très bonne méthode. N’hésitez pas à parler avec les gens de votre hôtel pour échanger vos bons plans. Par ailleurs, demandez directement aux australiens s’ils ont des contacts dans la construction. Ils sont très ouverts d’esprit et se réjouiront de pouvoir vous aider. 

Les working hostels peuvent également être un atout pour trouver du travail. Ils agissent à la fois comme des hôtels et des agences d’intérim et possèdent ainsi une double casquette. Attention toutefois aux fausses promesses d’embauche et aux tarifs exorbitants car les arnaques sont main courante pour certains.

Outre cela, les réseaux sociaux (en particulier Facebook) fourmillent de groupes tels que « Les français à Sydney », « Australia backpackers jobs », « construction jobs in Australia », « Australie – Conseils/Bons Plans ». Les offres d’emploi sont nombreuses et défilent quotidiennement. Pensez à vérifier tous les jours et soyez rapides !

5/5 - (2 votes)
La communauté des backpackers vous aide à préparer votre voyage en Australie. Partage de bons plans, d'expériences, conseils jobs, astuces de backpackers etc.. Guide gratuit (eBook) pour travailler et voyager en Australie avec un Working Holiday Visa ! Un guide écrit par des backpackers, pour les backpackers

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.