Home Travailler en Australie Le Fruit Picking en Australie : arnaques, dérives et bon plans

Le Fruit Picking en Australie : arnaques, dérives et bon plans

Le Fruit Picking en Australie : arnaques, dérives et bon plans

Depuis la création du Working Holiday Visa en Australie, le Fruit Picking s’est imposé naturellement comme job de prédilection pour les backpackers. En effet, c’est le meilleur moyen pour travailler afin de financer son voyage autour du pays. Car pour ce type de job, pas besoin d’un très bon niveau d’anglais, il y a des fermes un peu partout en Australie, et ils ont toujours besoin de main d’oeuvre. Seulement on ne vous dit pas tout !

Le Fruit Picking en Australie, mais pourquoi est-ce si populaire ?

Le Fruit Picking est un bon plan pour ceux qui veulent découvrir quelque chose de nouveau, et gagner de l’argent tout en voyageant. Voici les principales raisons qui poussent les backpackers à partir à la cueillette :

Pas besoin d’un bon niveau d’anglais

Le Fruit Picking est un des rare domaines en Australie où l’on ne vous demandera pas d’avoir un niveau d’anglais très élevé ! Il suffit de comprendre les quelques indications du fermier et c’est tout ! « Quelle rangée vous allez faire aujourd’hui », « Quels types de fruit vous devez ramasser », « faites attention en déposant les fruits dans la caisse » et c’est à peu près tout… Soyez donc rassurés si votre anglais n’est pas au top !

Possibilité de renouveler son Working Holiday Visa

Une bonne partie des backpackers sont aussi à la recherche d’un job dans le Fruit Picking afin de pouvoir renouveler leur Working Holiday Visa pour une année supplémentaire.

En effet, il est possible de renouveler son visa pour une seconde année lorsque l’on travaille 88 jours dans un emploi éligible et dans une région rurale.

Toutes les infos :

Troisième année de PVT

Depuis Juillet 2019, il est possible de faire une troisième année en PVT. Pour cela il est nécessaire de travailler 6 mois, durant sa deuxième année, dans un emploi éligible en région rurale. Les emplois et régions éligibles sont les mêmes que pour le renouvellement de sa première année.

Un cadre de travail original

Pour certains d’entre nous, le Fruit Picking est aussi l’occasion de travailler dans un cadre différent. Quand on a étudié/travaillé en France, se retrouver en plein bush à cueillir des fruits, c’est plutôt original comme expérience. Quand les conditions de travail sont bonnes, c’est même très agréable de se retrouver sous un arbre, écouter la nature, voir des kangourous ou koalas passer… (non on ne parlera pas ici des serpents et des araignées ^^)

Les Australiens ne veulent pas faire ce type de job

En Australie vous constaterez que dans les fermes, la majorité des pickers sont d’origine étrangère. Ici les jeunes locaux ont la réputation d’être flemmards, et de ne pas être attiré par les monde agricole et le « country lifestyle » en général. On l’a d’ailleurs observé durant la pandémie. Même avec les frontières fermées et de nombreuses opérations pour encourager les australiens à aller travailler dans les récoltes, rien n’a fonctionné ! Ils ont du faire appel à de la main d’oeuvre en provenance des îles Pacifiques.

Est-il facile de trouver un job dans le Fruit Picking ?

Oui et non. Il faut déjà bien s’y prendre pour trouver un job dans le Fruit Picking, arriver au bon moment, au bon endroit, chercher de la bonne manière. On explique évidemment tout cela dans notre eBook gratuit. Avant la pandémie, les voyageurs étaient très nombreux et il fallait parfois chercher pendant plusieurs semaines avant de trouver un job dans les fermes. Depuis la réouverture des frontières, les opportunités sont beaucoup plus grandes. Les fermiers subissent le manque de main d’oeuvre et attendent de pied ferme les nouveaux backpackers. Il faut tout de même bien se renseigner sur les saisons des récoltes pour viser les régions qui ont le plus besoin de travailleurs. Vous pouvez également utiliser notre carte avec des centaines de contacts de ferme pour les contacter directement et éviter de parcourir des centaines de kilomètres pour rien.

Cependant le Working Holiday Visa reste toujours très populaire, et cela pour tous les pays partenaires ! Avant la pandémie il y avait tous les ans plus de 200 000 backpackers (visa 417&462) qui se trouvaient sur le sol australien (1er et 2nd visa confondus) ! 

On constate également que ces dernières années, certaines fermes ont un peu affiné leurs critères de sélection. Avoir une première expérience dans le fruit picking est souvent un atout, et certains recherchent même une main d’oeuvre plus qualifiée.

Arnaques & dérives 

Sur Gumtree.. faites le tri !

Avec la popularité du Working Holiday Visa, de nouvelles arnaques sont apparues. Notamment sur Facebook ou sur les sites de petites annonces comme Gumtree. Soyez donc prudents ! Par exemple, des annonces vous proposent un job, mais vous devez être logé dans une auberge. Et surtout payer un acompte ! Et quand vous arrivez, l’adresse n’existe pas ! Alors si l’on vous demande de payer quoique ce soit en avance, fuyez !

Témoignage – Des françaises se font arnaquer sur Gumtree

Un cas d’arnaque typique était arrivé à un groupe de trois françaises en répondant à une offre d’emploi sur Gumtree. L’annonceur demandait de payer un deposit de 130$ pour leur logement, en leur proposant un job dans le picking de tomates. Elles ont eu confiance et ont versé le deposit demandé avant de se rendre à l’adresse indiquée (Dalby – Queensland). En se rendant sur place, les 3 amies ont en fait découvert qu’il s’agissait d’une fausse adresse !
« On ne s’attendant pas à ça évidemment. Les australiens sont des gens biens, nous sommes très tristes. Ce n’est pas facile de trouver un job dans le Queensland et on a donné de l’argente en pensant avoir un logement et un job »

Des sites internet douteux

De plus en plus de sites spécialisés dans le Fruit Picking se multiplient sur la toile. Faites attention, car parfois vous devez vous inscrire en payant un droit d’entrée ! Nous ne croyons pas vraiment à ce type de pratique. Les fermiers utilisent peu internet et leur recrutement se fait souvent au dernier moment (en fonction de la météo). Alors le temps qu’ils contactent une agence, pour qu’ils mettent une annonce en ligne, que les gens y répondent et se déplacent… Le fermier aura perdu 2 semaines, alors qu’il aura sans doute reçu la visite d’une dizaine de backpackers entre temps !

Les Working Waiting Backpackers

Certaines auberges de jeunesses situées dans les régions agricoles tentent également de tirer profit en faisant office de contractor (agent). En gros, vous séjournez chez eux, et ils vous trouvent un job dans une ferme de la région. Seulement, même lorsqu’ils sont de bonne fois, ils ne peuvent pas vous le garantir à 100% et vous pouvez parfois attendre quelques jours/semaines avant d’avoir un job. Et certaines, vous font parfois croire qu’ils vous trouveront du boulot alors que c’est faux ! Ce phénomène est particulièrement présent dans le Queensland (Bundaberg par exemple) ou dans le Victoria (Mildura par exemple), des régions particulièrement prisées par les backpackers. Selon un rapport de ABC Rural, 230 plaintes auraient été déposées en 2 ans par des travailleurs étrangers car leurs employeurs les auraient sous payés ou leurs conditions de travail n’étaient pas respectables. Sur ces 230 plaintes, environ 1/3 proviendraient de région agricoles du Queensland !

Les recents abus sexuels

Les filles redoublaient de vigilance ! Ces derniers temps les cas d’abus sexuels se sont multipliés ! En effet certains fermiers demandent des faveurs en échange de la validation des 88 jours. Soyez donc très prudentes et n’allez pas dans une ferme seule. 

7 conseils pour éviter les arnaques dans le fruit picking

  1. Préparez-vous un minimum ! Renseignez-vous sur les différentes saisons et régions.
  2. Utilisez les contacts du Guide des Backpackers (gratuit). Contactez directement des fermes vous permettra de trouver un job beaucoup plus facilement. Et même si vous avez des réponses négatives, n’hésitez pas à leur poser des questions. Pourquoi ? Ce n’est pas encore la saison ? Trop tôt ? Trop tard ? Connaissez-vous quelqu’un d’autre qui cherche ? etc. Toutes ces informations pourront être précieuses pour vos recherches !
  3. Faites très attention aux annonces sur internet ! Demandez toujours autour de vous si quelqu’un connait cet employeur, ou faites quelques recherches sur internet.
  4. Evitez les sites ou applications. Il existe quelques sites ou applications qui vous proposent une inscription payante pour bénéficier d’offres d’emploi. Malheureusement ces pratiques sont avant tout commerciale, car elles reprennent souvent des offres parues sur d’autres sites (gratuits) et le temps de le mettre en ligne, les offres sont déjà pourvues. Nous ne dirons pas que tout est « fake », mais que globalement c’est assez peu efficace
  5. Evitez les régions trop populaires. Le meilleur moyen pour éviter les arnaques et la concurrence est de vous éloigner des sites trop connus des backpackers. Toutes les régions proches de la côte Est sont par exemple souvent prisées par les backpackers.
  6. Pensez aux jobs moins connus. Le Pruning par exemple (taille des arbres/vignes) est un job souvent bien payé. Certes ce n’est pas un job très facile car il fait mal aux mains au départ et qu’il s’effectue en hiver, mais il y a tout de même beaucoup moins de concurrence !
  7. Ne perdez pas espoir ! On sait qu’il peut être décourageant de ne rien trouver pendant plusieurs jours, mais on général, on finit toujours par trouver !

La carte du fruit picking – Contacts de fermes

Vous êtes à la recherche d’un job dans le fruit picking ? Accédez gratuitement à plus de 400 contacts de fermes via notre carte interactive.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Des conseils pour les backpackers ?

4.5/5 - (16 votes)
La communauté des backpackers vous aide à préparer votre voyage en Australie. Partage de bons plans, d'expériences, conseils jobs, astuces de backpackers etc.. Guide gratuit (eBook) pour travailler et voyager en Australie avec un Working Holiday Visa ! Un guide écrit par des backpackers, pour les backpackers

2 Commentaires

  1. Nous avons vecu aussi cela. Le van était devenu un inconvénient pour être engagée. Aussi il est bon de savoir s’ il y a eu des problèmes type inondation ou incendie récemment. Cela réduit considérablement les récoltes.

  2. Moi je suis tj en conflit avec un de mes ancien employeur. Il me doit 2500 dollars, il employait des contracteurs donc soit disant c pas de sa faute… Sachant que g fait les paies pour eux, ça représente entre 150000 et 200000 dollars dans leur poche car on est entre 100 et 150 pickers a avoir reçu des chèques en blancs… On a déposé une plainte contre eux a fair Work ça fait maintenant 1 an, et il semble que rien n’ait bougé. Certains peuvent ils me dire s’il y a d’autre procédure??? Pour info c t à Orange (NSW), Nashdale exactement, le pour les cerises… N’y allez pas il paraît qu’il fait ça depuis des années. Ma question : ont ils l’immunité face à des voyageurs itinérants ??? J’aurais tendance à dire que oui maintenant !!! Ça c tj très bien passé pour moi excepté cette expérience mais c de plus en plus commun vu le nombre de demandes… Juste si vous entendez des trucs du genre ça fait deux semaines et on attend toujours d’être payé prenez le large… Idem pour les contracteurs, faut toujours se méfier

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.