Lewis est parti en Australie avec un WHV depuis un mois. Il nous raconte son expérience en tant que jeune homme au pair dans une famille franco-australienne à Melbourne. Avec tout juste son bac S en poche, il décolle pour de nouveaux horizons et prouve à ceux qui en douteraient qu’être au-pair en tant que garçon, c’est possible ! 

Partir à l’autre bout du monde

Pourquoi choisir l’Australie pour partir ? Pourquoi l’expérience d’au pair ? Les gars aussi ont le droit de faire cela ? 18 ans, n’est-ce pas trop jeune ? Voilà les questions que j’ai entendu pas mal de fois et vous avez d’ailleurs probablement les mêmes en tête. Ce sont des questions normales. On se base souvent sur des préjugés mais en y réfléchissant un peu plus on se rend vite compte que c’est facilement réalisable et on comprend surtout pourquoi j’ai fait cela.

Beaucoup choisissent de partir à la fin de leurs études avec leur vingtaine déjà avancée, prendre une année sabbatique pour décompresser, et tenter l’aventure avant d’entrer réellement dans la vie active. D’autres, un peu plus vieux et installés, décident de plaquer leur métro, dodo, boulot pour quelque chose de plus fun avant qu’il ne soit “trop tard”.

Pour ma part, j’ai fait mes valises à 18 ans, en sortant du lycée. Vous êtes peut-être dans le même cas que moi durant votre année de terminale, à ne pas trop savoir où donner de la tête, à vous demander que faire l’année prochaine. En soit rien d’anormal, savoir exactement quoi faire à seulement 18 ans c’est pas toujours facile ou évident. Et comme vous, je lisais des articles sur des jeunes au-pair ; puis l’aventure a commencé.

"d%A

Le choix de la destination : Australie

S’envoler oui, mais où ? Ma priorité, c’était de pouvoir parler anglais. J’avais alors trois possibilités entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie.

Je n’ai pas voulu aller aux Etats-Unis car les visas sont compliqués à obtenir et très chers. De plus la majorité aux Etats-Unis est à 21 ans. Ensuite, j’ai éliminé le Royaume-Uni car trop proche de la France ; je voulais réellement être coupé de ce que je connaissais et sortir de ma zone de confort. C’est tout naturellement que mon choix s’est porté sur l’Australie.

L’Australie regroupait tout ce que je recherchais : la langue (l’anglais), un dépaysement (fuseau horaire différent, 14 fois la France, nouvelle culture, 17 000 km de la France, etc..).

MELBOURNE-Jardin-botanique01

Le choix de l’activité : jeune homme au pair

Pourquoi avoir choisi d’être au pair en Australie ?

J’avais deux solutions pour travailler en Australie. Soit le woofing / fruitpicking qui consiste à travailler dans des fermes ou bien le job d’au-pair.

J’ai préféré ce dernier car

  • j’adore les enfants (et oui, c’est plus pratique)
  • cela me permettait vraiment de me poser à l’arrivée,
  • d’avoir un logement correct
  • de prendre mes marques petit à petit dans ce nouveau pays.

Même si les journées peuvent être chargées, c’est un travail largement faisable j’ai trouvé. Mais pour la suite j’ai quand même pensé à faire du fruit picking. Il s’agit d’un travail beaucoup plus physique dans des conditions moins confortables, mais le salaire n’est pas négligeable. Evidemment cela dépend de l’exploitation dans laquelle vous tombez. Mais cela me permettrait de mettre de l’argent de côté.

Les garçons ont le droit de faire ça ?

Bien évidemment que oui ! C’est souvent un cliché qu’on a et en effet les filles sont bien majoritaires dans ce milieu. Un au pair sur dix est un garçon seulement… C’est pour vous dire. Mais attention les garçons sont justement recherchés dans ce milieu. Alors messieurs si vous vous sentez capable de vous occupez d’enfants et des tâches ménagères, foncez !

En effet beaucoup de familles recherchent particulièrement des garçons. Le côté plus sportif et une force de caractère un peu plus forte sont les principaux arguments qui font que certaines familles recherchent prioritairement des garçons pour s’occuper de leurs enfants.

au pair enfants jeux

Comment trouver une famille ?

Je me suis inscrit sur Au Pair World. C’est un site internet gratuit où y est répertorié un grand nombre d’host-family et d’au-pair. Les recherches se font par critères (âge, permis de conduire, fumeur, etc..). Donc, par élimination, le site sélectionne les familles qui vous correspondent. Vous pouvez ainsi envoyer des demandes aux familles et réciproquement ils peuvent vous écrire. S’il y a « match » c’est probablement autour d’un Skype que cela se décidera ou non.

Pour ma part je me suis inscrit au mois de novembre et j’ai trouvé ma famille au mois de mai. Ceci étant dit, ce n’est pas ce temps là qu’il faut compter car je m’y suis pris très à l’avance et c’est rarement le cas des familles. Donc aucune famille ne me correspondait à ce moment.

Ce n’est que vers le mois d’avril que les recherches sont devenues intéressantes pour moi, où j’ai pu contacter plusieurs familles. Même celles dont les critères n’étaient pas totalement les miens de base. J’ai d’ailleurs trouvé ma famille qui de base cherchait quelqu’un d’au moins 21 ans alors que j’en ai 18 ! Il faut vraiment oser, relancer les familles, répondre et ne pas lâcher. Ce n’est pas hyper évident de forcément trouver quand on cherche par nous même mais pour moi ça a fonctionné alors pourquoi pas pour vous ?

Tout problème a une solution : il y a aussi des agences. En effet, si vous voulez être certain de trouver une famille vous pouvez vous inscrire au près d’un organisme qui se chargera de vous trouver une famille et vous aidera dans toutes les démarches administratives. Seul bémol, cela est payant. C’est à vous de choisir maintenant !

 Vous devez également vous inquiétez sur le niveau d’anglais. En effet il faut tout de même avoir certaines bases je pense, cela rassure surtout les familles en cas de soucis avec leurs enfants. D’autres jobs comme le travail dans les fermes, eux ne nécessitent pas forcément d’avoir un bon niveau d’anglais.

Une fois que ça “match”, c’est parti pour l’aventure ! Billets d’avion, visa (WHV) et assurance sont les 3 choses primordiales à ne pas oublier avant de venir ici. Pour tout ce qui est ouverture de compte, carte téléphonique le mieux est de le faire sur place. Vous pouvez tout de même commencer les démarches pour ouvrir un compte bancaire en ligne.

Une journée type en tant qu’au-pair à Melbourne

Ma journée commence aux alentours de 7 heures. Je dois me préparer, et également faire la lunch box du midi ainsi que le petit déjeuner des deux garçons Hugo et Louis, 3 et 6 ans.

  • Réveil à 7h45 pour les préparer : petit déjeuner, brossage de dents, habits, etc.
  • 8h30 : il est temps de prendre la voiture pour emmener Louis à l’école avant 9h. Ensuite, retour à la maison avec Hugo pour aller au parc, faire des activités ludiques (chasses aux trésors, puzzle, ect) et un bon gâteau chaque semaine !
au pair cuisine
  • 11h30 : on prépare le repas pour manger à 12h avant d’aller faire une sieste.
    Vers 13h, Hugo commence une petite sieste ! Cela me laisse donc généralement une bonne heure devant moi pour mettre le linge à jour, faire la vaisselle et faire un peu de rangement.
  • 15h00 : c’est l’heure d’aller chercher Louis à l’école. On n’oublie pas le goûter sinon il y en a un qui ne va pas être content… Selon la météo, soit on reste jouer sur les terrains de sports de l’école, soit on rentre pour jouer à la maison.
au pair enfants jeux parc

Louis suit des cours de piscine le lundi après l’école, ce qui implique que je dois m’occuper du deuxième pendant ce temps-là alors on n’oublie pas le maillot !

  • 17h00 : on prend le bain et fait les devoirs. Une heure plus tard et il est déjà temps de préparer le dîner.

Les conditions de travail en tant qu’au pair

Quand je ne fais pas d’heure supplémentaire, ma journée se termine aux alentours de 19 heures.

Pour ce qui est de la rémunération, je suis payé $250 par semaine, et $10/heure pour les heures supplémentaires. Je ne travaille pas le week-end et je suis libre de 9h00 à 16h le jeudi et vendredi.

C’est donc un bon compromis étant donné que je suis nourri, logé, blanchi (ce qui est obligatoire en tant qu’au-pair).

Comme vous avez pu le voir j’ai des temps-libres. Mais ce n’est pas pour autant que je ne fais rien, bien au contraire ! J’ai tout le temps quelque chose à faire c’est incroyable ! Que se soit à la salle de sport, autour d’un verre à rencontrer de nouvelles personnes, aller voir un match, aller au cinéma, ou encore faire du shopping : vous trouverez toujours quelque chose à faire !

De plus vous pouvez également arrondir vos fins de mois en faisant du baby-sitting, du ménage, ect..

au pair maison

Bilan d’un premier mois en tant que jeune homme au pair en Australie

Je me suis bien intégré à la famille et ça se passe super bien avec les petits. Il est évident que les premiers temps ne sont pas forcément faciles. Il faut un peu de temps pour “apprivoiser” les enfants. Mais on prend vite ses marques, ses repères et tout se passe bien avec un peu d’organisation.
Je ne compte faire ce job que durant 6 mois ce qui me laissera du temps pour essayer le fruitpicking/wwoofing ainsi que deux mois de road-trip sur la côte Est avec mes économies.

Vous hésitez encore ? Foncez car « dans 20 ans vous serez plus déçu par ces choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Explorez. Rêvez. Découvrez » (Mark Twain).

Article écrit par Lewis Ledouit

Mis à jour le 27 août 2019 – Publié initialement le 24 septembre 2015