Si Bali attire autant les foules, c’est que « l’île des Dieux » a tout pour rendre chacun heureux, des surfeurs aux explorateurs, en passant par les amateurs de farniente à la plage. Cette polyvalence a entraîné ces dix dernières années une forte hausse du tourisme et donc des prix. Mais rassurez-vous, il est toujours possible de partir à Bali sans se fâcher avec sa banque ! On vous le prouve dans cet article.

Partir à la bonne saison

“Éviter la foule… et la pluie”

Bali connaît deux climats, la saison sèche, d’avril à octobre et la saison humide, de novembre à mars. La mousson reste raisonnable : il ne pleut pas toute la journée et le soleil est de la partie ! Pour diminuer votre budget, il est donc malin de se rendre à Bali à la fin ou au début de la saison humide. Les prix seront plus bas et les lieux moins envahis de touristes.

On déconseillera décembre/ janvier et juillet/ août. Pendant ces mois, les foules européennes et australiennes fuient l’hiver ou sont en vacances d’été. Préférez les périodes d’avril à juin ou de septembre à novembre. Hors-saison, vous pouvez trouver des billets A/R Paris – Denpasar pour 500 € alors qu’en août, il vous faudra au moins compter 800 €.

Bali étant proche de l’Australie, visiter l’Indonésie pendant votre WHV est une bonne idée. Vous trouverez des A/R hors-saison au départ de Perth à 200 €. De la côte Est, comptez au minimum 350 €.

Se loger à Bali

“Avec un petit budget”

Si vous espérez ne pas trop dépenser, il vous faudra oublier les hôtels de rêve d’Instagram avec piscine à débordement et vue sur la jungle. Mais vous pourrez quand même trouver de beaux logement à petit prix !

Pour faire des économies, ne réservez en ligne que la première nuit. Négociez le prix sur place pour les nuits suivantes : vous obtiendrez ainsi facilement 10 % de réduction ! Seul, optez pour les auberges de jeunesse. À Ubud ou Canggu, comptez environ 5 € en dortoir avec petit-déjeuner. À plusieurs, il est souvent plus avantageux de réserver une chambre dans une guesthouse. Pour une quinzaine d’euros, ces logements chez l’habitant sont authentiques et ont souvent le petit-déjeuner inclus. Pancake à la banane et économie, que demander de plus ? Et si la piscine de l’hôtel chic voisin vous fait de l’œil, sachez qu’en achetant un cocktail vous pourrez la plupart du temps y passer l’après-midi. Le luxe à petit prix !

Où manger à Bali ?

“Se régaler sans trop dépenser”

Quel bonheur de voyager en Asie et de pouvoir manger deux fois par jour au restaurant… Les prix modestes ne valent pas la peine de cuisiner soi-même ! Mangez dans un warung plutôt qu’au restaurant. Les warungs sont plus sommaires et souvent exemptés des 15 % de taxe. Vous payerez moins de 2 € pour votre Nasi Goreng (riz frit), Mie Goreng (noodles et de légumes) ou Gado-Gado (légumes et sauce cacahuète)… Dans la plupart des restaurants, la cuisine balinaise est savoureuse sans être trop épicée. Si vraiment vous n’aimez pas la cuisine locale, sachez toutefois que les pâtes et pizzas des restaurants touristiques coûtent environ trois fois plus cher. Enfin l’alcool n’est pas des plus bons marchés, comparé au reste de l’Asie du sud-est. Mais si vous venez d’Australie, vous serez ravi de payer 2 € votre bière, les pieds dans le sable, au coucher du soleil !

Se déplacer

“Économiser plus pour voyager plus”

Avec une superficie de 153 km sur 112 km, Bali est idéale pour explorer plusieurs destinations sans perdre de temps dans les transports. De nombreux bus publics à moins de 5 € relient les villes principales.

Préparez-vous à vivre une aventure : à Bali, la notion du temps est plus floue que la nôtre. Pas vraiment d’horaire de départ, il vous faudra vous lever tôt et attendre à la station que le bus passe. Vous pouvez aussi pré-réserver un mini-van, confortable et avantageux pour les groupes de 6/9 personnes.

Mais le moyen de transport le plus développé reste le chauffeur privé. Vous serez souvent abordé dans la rue par ces locaux qui vous emmènent en excursion pour la journée ou à votre destination suivante. C’est la solution la plus confortable : une voiture privée vous récupère à votre logement et vous dépose au suivant, à l’heure de votre choix. Comptez environ 20 € pour Denpasar – Ubud et 30 € pour Ubud – Amed ou Amed – Munduk.

Enfin, pour vous rendre sur les îles, vous aurez le choix entre fast boat (environ 20 € pour un A/R Sanur – Nusa Lembongan) et bateaux locaux (moins de 5 €). Sachez toutefois que ceux-ci ne sont pas réputés pour leur sûreté.

Une fois sur place, il est temps de vous faire à la coutume locale et d’enfourcher un scooter ! Mais n’oubliez jamais votre casque, au risque de revenir de vacances avec un « Bali Tattoo ». C’est le petit nom donné par les locaux aux cicatrices de chute qu’arborent les touristes. Vous pourrez louer votre scooter auprès de votre hôtel pour 3,50 € par jour.

Si vous n’êtes pas confiant ou que n’avez jamais conduit auparavant, dans le sud de Bali, vous pourrez vous déplacer à tout petit prix avec Grab, Uber ou Mybluebird la compagnie de taxi locale (exigez le taxi meter).

Que faire à Bali ?

“Cumuler les activités… sans se ruiner”

Le meilleur moyen d’économiser sur les activités à Bali est de profiter des magnifiques ressources naturelles. Le droit d’entrée pour les rizières, cascades et temples est dérisoire (jamais plus de 2 €). Mais vous aurez aussi un grand choix d’activités inoubliables.

Bali est reconnue internationalement pour ses spots de surf. Débutant, réservez des leçons à Kuta, l’endroit idéal pour débuter. Vous pourrez trouver des stages à petit prix en ligne. Canggu et Uluwatu feront le bonheur des surfeurs plus expérimentés, qui pourront louer une planche à des locaux pour une dizaine d’euros.

Amed, avec ses récifs coralliens multicolores et ses épaves de bateau, est le meilleur endroit pour un baptême de plongée à petit budget. Pour les fans de snorkeling, emportez dans vos bagages masque et tuba pour éviter de payer 2 ou 3€ de location à chaque excursion.

Pour ramener des souvenirs ou faire du shopping, ne manquez pas l’immense marché d’Ubud, ses statues en bois sculpté et ses sarongs colorés. Vous y trouverez les meilleurs prix de Bali… À condition de négocier !

Pour négocier : Commencez en demandant 3 fois moins que le prix demandé, ne sur-négociez pas pour quelques centimes et surtout, très important en Asie, gardez toujours le sourire !

Idée itinéraire “Bali en 2 semaines”

Pour réduire les dépenses à l’arrivée, évitez les coûteuses et touristiques Kuta et Seminyak. Le village voisin, Canggu, est plus authentique et moins cher. Dirigez-vous ensuite vers la capitale culturelle et spirituelle de Bali, Ubud. Vous n’aurez pas assez de 4 ou 5 jours pour visiter les nombreux temples, rizières, et cascades environnantes. Ne manquez pas un spectacle de danse balinaise ! La prochaine destination sera un régal pour vos yeux et votre porte-monnaie.

Amed, petit village de pêcheurs au Nord-Est d’Ubud, est un paradis isolé. Au programme, plongée dans des récifs incroyables et balade en scooter dans les merveilleux paysages de rizières. Vous pourrez vous régaler de fruits de mers dans les restaurants bordant la plage. Oublié de la majorité des touristes, dominé par le volcan Agung, c’est l’un de nos spots favoris à Bali.

Partez ensuite pour Munduk, petit village dans les montagnes du nord de Bali. Peu de visiteurs se rendent dans cette région authentique aux paysages de forêts et de lacs. Les enfants qui courent à la poursuite de votre scooter, les instants de vie dans les villages et les paysans qui vous sourient le long de la route sont autant d’expériences gratuites qui resteront dans votre cœur.

Il est ensuite temps de partir vers les îles ! Moins développées que les Gilis, Nusa Penida, Nusa Lembongan et Nusa Ceningan vous attendent. Il se dit que vous y trouverez l’ambiance de Bali il y a 25 ans. Laissez-vous couper le souffle par la vue du haut des falaises qui bordent l’eau turquoise avant de dire au revoir à cette île magique.

Autres articles à consulter :

Article rédigé par Emilie Mika
Mis à jour le 03/10/19 – Publié initialement le 15/11/18