Tous deux architectes à Paris, Léonor et Benjamin ont décidé de tout quitter pour réaliser leur rêve de gosse, devenir cowboys ! Après plusieurs mois à se balader en Asie et Nouvelle-Zélande, ils passent 3 mois à Melbourne, en attendant la période de recrutement dans les Cattle Stations. Début décembre, ils se lancent ! Voici leur expérience …

Travailler dans un Ranch en Australie, pas si facile…

En Australie, il existe des termes bien précis pour définir un cowboy. En effet, c’est un Jackaroo et pour une fille, c’est Jillaroo. De plus, souvent dans les annonces, vous trouverez le terme Stationhand, ou encore Farm Hand.

Pour commencer notre recherche, nous avons postulé un peu partout. Tout d’abord auprès des grands groupes pastoraux, (NAPCO, AACo, S.KIDMAN…), dans les agences d’interim de travail agricole (AG Workforce,…) puis sur le site Gumtree.

La saison pour travailler dans les grandes Cattle Stations va de Février/Mars, jusqu’à Novembre et les recrutements commencent à partir de Décembre. Malheureusement, la concurrence est rude et nous ne sommes pas les seuls à vouloir êtres des cowboys modernes. Mais nous, n’avons aucune expérience.

Pourtant, nous avons la chance d’avoir des qualifications qui semblent pertinentes. Léonor était responsable de chantier, elle s’y connaît en construction, elle monte à cheval, fait de la moto et s’occupe d’animaux. Ben a plusieurs expériences en charpente et en construction. Il monte également à cheval, mais surtout, on est tous les deux très débrouillards.

En effet, le job de Stationhand ne consiste pas uniquement à rassembler du bétail à cheval. En plus, il faut gérer l’ensemble de la maintenance d’une propriété, des clôtures aux pompes, en passant pas les enclos et le soin des animaux.

Job dans un ranch Australie

Nous avons essuyé de nombreux refus et avons donc décidé de nous tourner vers le volontariat. En effet, nous voyons cette option comme une manière de gagner de l’expérience, pour ensuite, décrocher un job rémunéré.

Après de nombreuses recherches, nous sommes tombés sur l’annonce d’une cattle station (c’est le nom australien des ranchs qui élèvent le bétail !) qui cherchait des gens.

Dès le début, nous étions prévenus. Travail difficile, chaleur, saleté, et animaux dangereux. PARFAIT ! C’est ce qu’on cherche !

La vie au Ranch

Nous entamons un road trip de 7 jours, pour parcourir les 2300km qui nous séparent de Mundubbera, une petite bourgade de 2000 habitants, dans le centre-Est du Queensland.

Nous arrivons un dimanche, en début d’après midi. Logés au RDC de la maison, nous avons notre propre chambre, avec internet, télévision, un grand lit et tout ce dont on a besoin. Attention, si vous craignez les araignées et les serpents… vous êtes ici chez eux !

Dès le lundi, on commençait à travailler. C’était très dur physiquement, et on travaillait 7j/7 ou presque ! Certains se diront probablement « Oh, ils exagèrent, c’est pas si dur que ça, ça va le faire ! » Et pourtant, on a plusieurs fois versé quelques larmes de rage ou de douleurs, quand par 45°C, après une journée à creuser des trous à la pelle, on se prend un barbelé à travers le bras…

Une journée type

Le matin, il faut d’abord s’occuper des animaux ; chiens, poules, canards, cochons. Nettoyer leurs enclos, leur donner de l’eau et vérifier que tout va bien.

Job dans un ranch Australie

Ensuite, on passe aux vrais jobs, et la liste est longue et variée. Rassembler des vaches, les emmener à l’abattoir, déplacer un troupeau dans un autre paddock. Ou encore construire un abri, monter une pompe, enterrer des tuyaux pour réaliser un système d’irrigation, construire une clôture, marquer des veaux au fer rouge, les castrer, trier et ranger un hangar.

L’avantage de travailler dans une petite propriété, c’est qu’on touche à tout. Dans une plus grande station, les jobs sont plus séparés, ceux qui sont en charge des pompes ne font pas de clôtures, ceux qui montent à cheval ne touchent pas aux pompes…

En fin d’après-midi, de retour à la ferme, il faut nourrir les animaux et vérifier qu’ils vont bien.

Après 2 ou 3 semaines, nous étions devenus de vrais « ringers » (terme désignant les travailleurs en Cattle Station). Nous avons donc obtenu plus de responsabilités. Par exemple aller vérifier si les vaches ont encore des graines dans tel pré, déplacer un troupeau, démarrer une pompe…

Dit comme ça, ça peut faire rêver, et nous, on a adoré chaque seconde, mais quand le job consiste à attraper des veaux (ça donne des coups de pieds un veau !), à les maintenir immobiles, pour leur couper les testicules et les marquer au fer rouge… Qu’on passe sa journée couvert de bouse, de sang et de poussière, qu’on rentre le soir et qu’on se découvre des nouveaux bleus et des nouvelles entailles, c’est une autre histoire.

Job stationhand ranch Australie

Et quand à 19h au moment de s’asseoir avec une bière, la pompe tombe en panne et qu’il faut aller plonger dans le réservoir boueux et gluant, de nuit, pour déboucher le tuyau, on se demande parfois ce qu’on fait là !

Un job dangereux

Ce type d’expérience n’est pas forcément fait pour tout le monde, et nous en avons vu plus d’un quitter son poste en pleurant après seulement quelques jours.

Il est primordial d’être :

  • Débrouillard,
  • Réactif (être capable de se pousser tout de suite si on se fait charger par une vache de 800kg),
  • Apte à l’improvisation,
  • Le plus important, le sens commun (combien de personne passent 4 fois à coté d’une gamelle d’eau vide, mais ne la remplissent pas, car les animaux c’est à 16h qu’on s’en occupe…)

Travailler dans une Cattle Station se trouve dans le top 3 des jobs les plus dangereux en Australie !

Tous d’abord à cause des animaux ; les vaches, ici, sont très différentes de nos « Marguerites » françaises. Elles ne voient des humains que 2 à 4 fois par an maximum. Elles sont donc peureuses et agressives. Il n’est pas rare de se faire charger, quand on procède au tri des bêtes dans les enclos.

En dehors des bêtes, cela reste dangereux. On utilise la tronçonneuse. On fait de la moto, du cheval, on porte des troncs d’arbre, des poteaux, on monte dans les arbres, sur les toits des camions… Et comme si cela ne suffisait pas, il y a les insectes, les araignées et surtout les serpents !

Travaux ranch australie cheveaux

Mais si tout ça ne vous effraye pas, foncez, c’est l’aventure d’une vie.

Les Avantages & inconvénients

Les bons côtés

  • Vivre une expérience 100% australienne qu’on ne pourra vivre nul part ailleurs
  • Apprendre des techniques et des savoirs faire qu’on ne connaît pas
  • Manger de la nourriture qu’on a produit soi-même, avoir de la viande qu’on a élevé, voir abattu.
  • Faire du quad, du cheval, de la moto, tirer au fusil…
  • Revenir aux valeurs simples, en buvant sa bière au coucher du soleil, cultiver ses légumes, se promener dans les champs…
  • Apprendre à ne plus être une chochotte à la vue d’une araignée géante, d’un serpent ou autre animal bizarre…
  • Les animaux de la ferme. Si vous n’aimez pas les animaux, laissez tomber, c’est 90% de votre job !
  • La possibilité de trouver un job payé, une fois que l’on a acquis un peu d’expérience. (C’est notre cas ! Après 5 mois passés dans la 1ère Cattle Station, nous avons trouvé des jobs payés dans des Cattle Station ou travailler avec des chevaux…)
Job dans un ranch Australie

Les mauvais côtés

(Il ne s’agit pas de points qui doivent vous décourager, mais il est important d’en tenir compte avant de faire 3000km)

  • Il est important d’avoir des affinités avec la famille chez qui on se trouve, sinon, l’expérience peut vite devenir insupportable, perdu au milieu de nul part.
  • Vivre dans un village éloigné de tout, ce n’est pas toujours facile, et le shopping se limite souvent au « hardware store », et au supermarché. On ne s’est jamais autant réjoui quant à l’achat d’une nouvelle paire de gants ! Idem pour les soirées, le pub est l’unique endroit où sortir le soir.
  • Un service médical limité et pas de service de radiologie en cas de soucis (Ben en a fait l’expérience lors d’une chute à moto, où nous avons roulé 4h jusqu’au radiologue le plus proche.) Si c’est plus grave, c’est l’avion qui vient vous chercher.
  • Les animaux sauvages. Vous allez devoir vous habituer à vivre avec les araignées et les serpents. Ils sont là, il faut juste être attentif.
  • Ne pas être payé, ce n’est pas facile tous les jours, car malgré tout, on travail et parfois, il faut vraiment se concentrer sur les points positifs si on ne veut pas devenir aigri. Nous sommes restés 5 mois, et c’est vrai que quand on commence à être compétent, qu’on se dit qu’il serait juste d’être payé car on rapporte plus qu’on ne coute ! Là, c’est souvent le moment de changer !

Faire ses « 88 jours » pour renouveler son visa

Bien entendu, ce genre de travail, qui entre dans la catégorie « soin des animaux dans le but de les vendre » est valable pour renouveler son WHV / PVT.

En effet, pour renouveler votre WHV il est nécessaire d’effectuer 3 mois de travail dans une zone et un job éligibles. Cela peut donc être une bonne option si vous souhaitez travailler dans une cattle station. Cependant sachez qu’il faudra que ce job soit rémunéré pour être pris en compte dans les 88 jours de regional work.

Depuis peu, vous avez également la possibilité de faire une troisième année de PVT. Pour cela il est nécessaire de travailler 6 mois dans un job en région éligible durant son second PVT.

Toutes les infos sur le renouvellement du WHV : Renouveler son WHV

Notre conseil : Trouvez un « farm work » qui vous ressemble : fruit, légumes, construction, charpente, animaux, céréales, lait… Il y a tellement de possibilités !

Job dans un ranch Australie

Ecrit par Léonor & Ben benleosurlaroute.wordpress.com

Article mis à jour le 23/08/2019 – Initialement publié le 05/01/2015

4 Commentaires

  1. Personelement je n’ai que 16 ans et un de mes nobreux rêves serais d’aller habiter et de me trouver un job en australie les araignès sa me conais j’en ais pas peur et les serpents je m’abiturais mais j’ai se rêve en tête et j’espere que je vais le realiser sa ma donner encore plus envie d’y arriver MERCI A TOU LE MONDE !!!

    • Salut Matthieu,
      Disons qu’il faut un minimum de bases en anglais pour partir en Australie. Tu pourras progresser sur place, mais il faudra être capable de faire quelques démarches administratives au départ et pouvoir trouver un job. Mais beaucoup de voyageurs ont un niveau scolaire et arrivent à s’en sortir 😉
      Bon trip à toi !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.