Le Wwoofing, vous connaissez ? C’est un peu le grand frère du Couchsurfing, qui consiste à loger gratuitement chez l’habitant en profitant d’un échange culturel. Le Wwoofing est basé sur le même concept, si ce n’est que le voyageur donne un coup de main à son logeur, dans le domaine de la ferme ou de l’agriculture. Faire du bénévolat est un excellent moyen de rencontrer les locaux, d’apprendre une langue étrangère ou encore de vivre de nouvelles expériences ! Dans cet article, on vous explique ce que c’est de faire du Wwoofing en Australie.

Qu’est-ce que le Wwoofing ?

Le concept du Wwoofing est apparu au Royaume-Uni dans les années 70. A l’origine, il s’agissait d’aider les fermiers pratiquant l’agriculture bio à lancer leur activité et à répandre cette pratique, plus respectueuse de l’environnement. Une idée verte et solidaire. Au fil des années, la pratique s’est internationalisée et diversifiée. Si bien qu’aujourd’hui, en Australie, il est possible de Wwoofer aussi bien à la ferme (bio ou conventionnelle) que dans un hôtel, ou même chez un particulier. Cependant, le travail sera toujours lié au domaine de la ferme ou de l’agriculture.

En règle général, il est demandé de travailler 4 à 6h par jour en échange du logement et de trois repas par jour. S’il y a moins de 4h de travail journalier, il vous sera probablement demandé d’acheter votre propre nourriture et de cuisiner vous-même.

Le Wwoofing n’est pas à confondre avec le HelpX. Alors que le Wwoofing concerne des missions liées à la ferme et l’agriculture, vous pouvez être amené à aider vos hôtes pour des travaux très divers en HelpX : jardiner, rénover un bâtiment, cuisiner, travailler dans un ranch, faire le ménage d’un hôtel de luxe, retaper un voilier, repeindre une maison, etc.

Comment faire du Wwoofing en Australie ?

Si une expérience de bénévolat de type Wwoofing en Australie vous intéresse, vous pouvez trouver des hôtes facilement. Pour cela, inscrivez-vous auprès de l’association « Wwoof ».

L’inscription coûte 70$ par personne et est valable un an en Australie. Cette inscription vous donne accès à la liste de tous les hôtes Wwoofing du pays avec une description de leur activité, leurs conditions d’hébergement et leurs coordonnées de contact. Vous pourrez notamment visualiser les hôtes sur une carte dynamique. Une application mobile vous permet également d’accéder à tous leurs services rapidement. 

Fermes, fermes bio, hôtels, particuliers… comment choisir son hôte ?

Il ne faut pas se voiler la face, vous n’êtes pas le seul a avoir mis le doigt sur le bon plan que vous venez de dénicher dans l’annuaire ! Pour vous donner le maximum de chances de trouver une place de choix, remplissez donc avec attention votre profil, parlez de vous, de ce que vous aimez faire et ce qui vous pousse à faire du bénévolat. Si votre hôte potentiel se retrouve en vous ou accroche à votre personnalité, il vous ouvrira sûrement les bras et ses portes ! Ce fonctionnement est basé sur l’échange, et la confiance est primordiale. Il est important de bien s’entendre avec son hôte et d’être sur la même longueur d’ondes.

Vous l’aurez compris, le bénévolat en Australie, ce n’est pas un séjour à l’hôtel. Le travail en ferme est souvent physique et a souvent lieu en extérieur, ce ne sont donc pas des vacances ! Avant de vous lancer dans l’aventure, prenez le temps de faire connaissance avec votre hôte, de discuter des modalités de logement (attention aux mauvaises surprises : grange en hiver, caravane, tente,…), des conditions de travail, etc. Il n y a malheureusement pas que des bons plans, donc soyez vigilants. Avant de prendre rendez-vous avec votre hôte, consultez les avis laissés par les précédents bénévoles, posez toutes vos questions et préférez les hôtes qui publient des photos de leur propriété.

Attention : Depuis 2015, le Wwoofing n’entre plus en compte pour le renouvellement du WHV. Donc si certains hôtes vous disent qu’ils ont la capacité de vous aider à renouveler votre WHV, ce n’est pas possible.

Retour d’expérience d’Alicia, Wwoofeuse en Australie

experience-woofing-agriculture-australie
Les travaux de Wwoofing

Les travaux proposés dépendent des hôtes. En exploitation agricole ou chez l’habitant, j’ai pour ma part effectué des ménages ou tondu la pelouse. J’ai heureusement aussi eu des tâches un peu plus enrichissantes. Par exemple, l’aide à la construction d’enclos, la plantation de semis, les récoltes mais aussi le soin et le câlinage sans modération des animaux. Dans les hôtels, il faut bien sûr s’attendre à plus de ménage, mais aussi à l’accueil des clients et aux tâches administratives.

woofing-construction-Australie

Les conseils d’Alicia pour faire du volontariat

Avant de “postuler” auprès d’un futur hôte, posez-vous quelques questions :

  • Quels sont les travaux qui m’intéressent vraiment ?
  • La propriété n’est-elle pas trop isolée ?
  • Dans quel domaine est-ce que je cherche à acquérir de l’expérience ? Plutôt au contact d’animaux ou de plantes, ou plutôt dans le bâtiment ou l’hôtellerie ?
  • Quelles sont mes limites en matière de travaux physiques ?

Cette phase de préparation a son importance. Une semaine ça passe vite, mais deux ou trois, un peu moins. Surtout si vous êtes seul(e) ou en petit nombre.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas d’apprécier votre expérience. Ce sont les rencontres et les échanges d’expériences qui la rendront enrichissante. Alors si vous le sentez bien, foncez !

Le woofing est l’un des nombreux moyens de travailler en Australie. Pour plus d’informations sur le travail en Australie en WHV, consultez notre article : Travailler en Australie avec un WHV.

Alicia Muñoz

Mis à jour le 08/01/2020 – Initialement publié le 01/09/2012

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.