Travailler 88 jours dans une ferme laitière

0
118

Après avoir livré ses conseils pour trouver un job dans une ferme laitière en Australie, Melissa partage son expérience de 88 jours dans une exploitation. Une longue et (parfois) difficile expérience mais qui lui a permis de renouveler son WHV  et de rester une deuxième année en Australie !

À la conquête d’une ferme

Lorsque je suis arrivée en Australie, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. Je savais que si je le désirais, je pourrais toujours aller travailler sur une ferme pendant 88 jours pour obtenir une deuxième année de visa. Le tout me paraissait bien pénible. J’étais dans mon appartement à Sydney lorsque j’ai commencé à penser au travail régional. Pour être honnête, j’étais prête à tout pour me trouver un emploi. La ville me coûtait trop cher et mon budget connaissait malheureusement ses limites.

J’ai donc traversé le pays avec un autre backpacker pour me rendre dans les environs de Perth. Nous n’avions pas réussi à se trouver un emploi dans une ferme, mais nous avions une source de revenus en travaillant dans une station-service. Quelques jours plus tard, nous recevions une offre d’emploi sur une ferme laitière. Nous nous sommes donc empressés de quitter notre nouvel emploi pour saisir cette chance, même si cela nous ramenait dans l’état du Victoria.

La route avait déjà épuisé toutes nos économies. C’était en plein été, les mouches se raffolaient de nos visages et l’odeur de la merde était saisissable. Peu importe; nous n’aurions pas d’autre option puisque notre portefeuille était vide.

88 jours dans une exploitation laitière

Je me rappelle mon premier matin au boulot. La femme du propriétaire m’entraînait sur une position où les vaches ont tendance à « évacuer ». Je la regardais nettoyer les barres de métal couvertes de merde avec dégoût. Je me disais que je n’y arriverais jamais. Le tout s’est confirmé quand une vache s’est relâchée dans mon cou. Cette nuit-là, j’ai pleuré. J’ai mentionné à mon compagnon que je ne pensais pas être en mesure de m’y faire.

Il y avait un hic; je n’avais pas les moyens de fuir cet endroit.

J’ai donc rédigé une liste de 88 raisons pourquoi je devais y rester afin d’augmenter ma motivation.

Tranquillement, j’ai appris à installer des barrières mentales et j’arrivais difficilement à éviter les éclaboussures. Puis, un jour, je me suis mise à en rire. Je réalisais qu’ils avaient raison; ce n’était que du gazon et du grain digéré.

Je ne sais pas exactement comment s’est arrivé, mais un jour, j’ai commencé à éprouver un certain amour pour les vaches et ce, malgré moi.

Travailler dans une ferme laitière, c’est travailler deux fois par jour pour quelques heures. C’est aussi traire quelques centaines de vaches, accumuler de la fatigue et apprendre un tas de nouvelles choses.

Lorsque nous avons quitté la ferme, nous n’avions pas encore complété nos 88 jours, mais nous savions que nous serions toujours en mesure de reprendre une vie sur une ferme laitière en cas d’urgence.

Le scénario s’est reproduit encore une fois, la vie sur la route coûtait cher et nous avons dû trouver un emploi pour être en mesure de financer nos aventures. Nous avons donc terminé nos 88 jours sur une autre ferme laitière. En fait, nous y avons même travaillé pendant 10 mois pour nous permettre de financer nos voyages à travers l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Oui; nous avons finalement une expertise en termes de vaches et cela nous a sauvé d’un péril économique plus d’une fois !

Ferme laitière WHV

Avantages de ce type de job

Si vous vous demandez pourquoi nous avons travaillé bien plus que 88 jours, voici quelques raisons pour lesquelles nous l’avons fait :

  • La possibilité de travailler plusieurs heures sur une ferme laitière (entre 30 et 60 heures par semaine)
  • La possibilité de vivre sur la ferme à bas prix
  • La facilité à économiser de l’argent (vivant loin d’une ville, il est facile de ne pas dépenser tous les jours)
  • Notre expérience sur des fermes en Australie facilite l’obtention d’un emploi ou même d’un projet HelpX
  • L’obtention d’une deuxième année de visa

Dégoûté ? Convaincu ? Iriez-vous travailler sur une ferme laitière ?

Article écrit par Melissa Giroux – Abrokenbackpack.com
Mis à jour le 06/09/2019 – Initialement publié le 16/08/2016