Open top menu
Faire les vendanges en Australie : Expérience de job

Faire les vendanges en Australie : Expérience de job

Claudia et Jeremy, deux backpackers en voyage en Australie raconte leur expérience de job. Comme beaucoup d’entre nous, ils se tournent vers le fruit picking en Australie : un bon moyen de renouveler son visa, et parfois même de gagner pas mal d’argent ! Voici le récit de leur expérience dans les vendanges dans la Hunter Valley. 

Notre recherche d’un job dans le Fruit Picking

Même si nous sommes très fiers du vin français, certaines régions de l’Australie produisent aujourd’hui des vins de bonne qualité, et certains sont même vendus une petite fortune à l’élite nationale ou à de richissimes clients asiatiques. Parmi ces régions, les plus réputées sont la Barossa Valley dans le South Australia et Mc Laren Vale dans le SA également. La Hunter Valley, dans le NSW, ne produit pas aujourd’hui de vins qui soit de la qualité de la Barossa mais produit cependant un nombre conséquent de vins de qualités hétérogènes, qui se vendent très bien dans toute l’Australie.

La Hunter Valley, et son centre névralgique Pokolbin, se situe à 1h à l’Ouest de Newcastle, et à 2h30 au Nord Ouest de Sydney.

Si travailler dans la Hunter n’était pas un objectif, c’est au hasard d’une énième matinée passée à téléphoner à tous les contacts de fermes du NSW fournis dans Australie Guide Backpackers jusqu’à ce qu’un des vignobles de la région nous annonce que nos deux noms sont inscrits sur une liste, et que nous serons recontactés dès que la saison démarrera.

Quand nos noms sont inscrits sur la liste, nous sommes courant Décembre, et la saison commencerait selon notre interlocutrice, début Janvier. Mi Janvier, nous recevons un appel de la responsable du recrutement des pickers, qui nous demande si nous sommes toujours disponibles pour faire la saison des vendanges dans la Hunter Valley, qui devrait durer de 6 à 8 semaines, avec des journées de travail allant de 4 à 8h, le tout déclaré et payé 22 dollars de l’heure.

Devenus mathématiciens, nous voyons déjà notre compte se remplir et sommes évidemment disponibles pour travailler dans le picking de raisin, surtout à ce prix là !

Nous arrivons dans la Hunter et dormons la première nuit à Bloke, qui dispose d’un park gratuit 72h en attendant de voir comment le boulot se présente.

Fruit picking australie

Quelques conseils avant de se lancer dans le fruit picking

Dans le picking vous apprendrez rapidement à vous méfier des délais annoncés, car selon tous les employeurs et même selon les agents de l’Harvest, la saison « est sur le point de commencer, dans une petite semaine » qui se transforme toujours en de longues semaines pendant lesquelles vous ne travaillez pas en attendant le fameux commencement de la saison.

L’un des conseils à retenir, dans le picking en général, ne faites jamais de calculs sur ce que vous pourrez gagner. Si cette expérience a été positive pour nous, beaucoup d’autres ne se passent jamais comme prévu, vous deviez travailler 11h par jour pendant 4 semaines, et vous travaillez finalement 4 jours, pendant 6h par jour, et tous les plans que vous aviez élaboré tombent à l’eau. Ne vous emportez donc pas sur les montants et horaires annoncés, bossez au jour le jour et attendez d’être vraiment payés : oui c’est aussi ça l’Australie, les non paiements, une exploitation tout juste camouflée des backpackers, la pègre des backpackers hostels que vous devez payer pour bosser et qui vous trouvent un job au bout de 3 semaines complètes à payer votre logement pour rien…

Dans la Hunter, les contrôles d’inspecteurs du travail sont très répandus, ils passent même de temps en temps dans les campings pour donner leurs cartes aux pickers, au cas où le besoin s’en ferait sentir au moment de la paye ou du travail le dimanche. Dans cette région, les employeurs sont donc en général, de bons payeurs, restez toutefois prudents avec les contractors notamment, on ne sait jamais, une « Mildura » est vite arrivée (Mildura, c’est LA ville, du Victoria, où 50% des pickers ne reçoivent pas correctement leur salaire, ou sont victimes de harcèlement moral pour les filles).

ATTENTION, Malheureusement, la Hunter Valley, ou tout au moins la ville de Pokolbin, est exclue des zones de renouvellement du WHV, vous ne travaillerez donc pas pour vos 88 jours, sauf si vous parvenez à vous faire signer ces documents par votre contractor, qui aura peut être une entité dans une ville dont le code postal est inclus dans les zones de renouvellement, c’est ce qui est arrivé à certains backpackers qui travaillaient dans la Hunter en même temps que nous. En tout cas de notre coté, le vignoble nous a confirmé qu’il ne pouvait pas signer les documents pour renouveler notre WHV.

Fruit picking australie

Faire les vendanges en Australie

Les conditions de travail

Le premier jour de travail, l’un des big boss nous présente l’équipe de locaux qui travaillent pour le vignoble toute l’année (picking, entretien des terrains et des vignes le reste de l’année), ainsi que l’équipe de retraités australiens qui parcourent l’Australie au rythme des saisons du raisin et pickent depuis plusieurs années dans ce vignoble à la saison des vendanges, puis s’adresse à l’ensemble des pickers occasionnels dont nous faisons partie. Au total, 15 locaux, 20 retraités pickers et 50 pickers. Parmi ces pickers, des enfants ou « relatives » d’employés du vignoble, qui viennent se faire de l’argent de poche, et beaucoup de backpackers, français en majorité, allemands, italiens, suédois, japonais…

Les termes sont clairs, la paie est affichée noir sur blanc sur un contrat de plusieurs pages en bonne et due forme, le boss annonce que les paies et fiches de paies seront toujours données en temps et en heure, nous donne son numéro en cas de problème, l’environnement semble très sain et nous sommes rassurés et prêts à travailler.

Les journées commencent à 5h30 et se finissent généralement autour de 12h. Le travail n’est pas difficile, il consiste à couper le raisin, et à le collecter ou le jeter suivant son état. L’ambiance est bonne, la musique provenant des tracteurs est un plus, mais le rythme se doit d’être soutenu, tout picker coupable de ne pas être assez rapide ou de trop discuter, en prend pour son grade, et se remet au travail.

La saison avait commencé par le picking du raisin blanc, et se termine par quelques jours de ramassage du raisin noir. Au total, 6 semaines presque complètes de travail se terminent par un grand barbecue offert par le vignoble, avec vin et viandes à volonté, comme quoi les relations employeurs/pickers dans le fruit picking ne sont pas toujours un calvaire.

Fruit picking australie

Les aléas du picking

Le fruit picking dépend beaucoup des besoins de votre employeur, du marché et bien évidemment des conditions météorologiques. Nous travaillons les 3 premiers jours, puis sommes mis au repos pour 2 jours à cause de la pluie qui colle au raisin et qui se mélangerait au vin si nous vendangions le jour même. Un jour, nous commençons à travailler, puis une pluie incroyable s’abat sur les vignes, les responsables stoppent le picking au bout de deux heures, mais nous annoncent qu’ils sont légalement obligés de nous payer 4h pour toute journée de picking commencée, nous sommes donc payés 88$ pour 2h de travail.

Si l’ambiance chez le contractor est à la rigolade, celle au sein du vignoble se détériore semaines après semaines, un clivage apparaît entre retraités et backpackers internationaux, la faute à des retraités irrespectueux et très individualistes, même si certains dérogent à la règle, qui veulent disposer de leurs propres rangées, rangées dans lesquelles seuls quelques backpackers sont parfois invités, qui se plaignent du travail de certains individus et qui ne font pas vraiment preuve de sociabilité.

Fruit picking australie

Se loger à Pokolbin – Hunter Valley

3 campings à Pokolbin vous permettent de dormir près des vignobles, de bénéficier de douches, de cuisines et de piscine pour certains. Le prix par personne est de 70$ par semaine, un moindre mal lorsque vous travaillez pendant toute la semaine.

Sur place au camping, nous rencontrons d’autres backpackers qui travaillent pour des contractors dans la région, la paie est sensiblement la même, les conditions de travail parfois un peu moins bonnes (pas d’eau à disposition notamment) mais les contractors semblent dans les règles, tout le monde y trouve son compte, et tout le monde a du boulot, sur le papier.

Fruit picking australie

Cumuler deux jobs pour arrondir ses fins de mois

Grâce à l’un des pickers de notre camping, nous trouvons un contractor qui cherche des pickers, et qui travaille même lorsqu’il pleut, ce qui assez logique compte tenu du fait qu’un vignoble privé ne souhaite pas avoir d’eau dans son vin, tandis que le contractor souhaite simplement picker pour être payé, sans vraiment faire attention à l’état du raisin. Nous enchainons donc les jours de travail entre notre vignoble privé les jours de soleil, et notre emploi chez le contractor les jours où nous ne pickons pas pour le vignoble privé. Le contractor, ne majore pas les heures supplémentaires (>38h par semaine) ni le travail le week end, au contraire du vignoble privé. Nous travaillons quelques rares samedi pour le vignoble, aucun dimanche (payé double), et travaillons plusieurs week end complets pour le contractor, sans jour de repos, les semaines sont longues mais les paies sont conséquentes, surtout lorsque vous travaillez en couple.

Les temps libres dans la hunter Valley

La région est assez calme, et lorsque les jours de repos se présentent, il n’y a pas grand chose à faire à proximité. Nous faisons le tour des « wine testing », chaque vignoble offrant des dégustations gratuites de tous ses vins et passons le reste du temps libre au camping, repos, piscine et poker au programme.

Fruit picking australie

Si un week end se présente, vous pourrez opter pour une visite de Newcastle (moyen), de Port Stephens, avec ses dunes et ses superbes plages, ou de la piscine naturelle de L’Allyn River, chacun de ces endroits se situant de 1 à 2h de Pokolbin.

Fruit picking australie

Bilan de cette expérience de grape picking dans la Hunter Valley

En conclusion, la Hunter valley se situe dans une zone parfaite pour les backpackers qui voyagent sur la côte Est ou qui résident autour de Sydney, le camping n’y est pas hors de prix et la demande vis à vis du picking existe de mi Janvier à Fin Février. N’oubliez cependant pas que cette zone est exclue des zones de renouvellement du WHV. Après 6 semaines, nous repartons avec une belle expérience, de belles rencontres, et 3500$ chacun sur notre compte bancaire. Auxquels sont venus s’ajouter il y a quelques jours 1500$ de taxes que nous avons récupéré lors de notre déclaration d’impôt grâce à Taxback.com, de quoi envisager le voyage avec un peu plus de sérénité !

Article écrit par Claudia & Jeremy

Donnez votre avis 🙂

3 Réponses au commentaire

  1. Avatar
    janvier 20, 2016

    Hello I call myself Mathieu I am with two friends of the same age and we are in search of jobs in the vineyards.
    we are very dinamic and healthy people , we also have a means of transport is we can sleep there.
    thank you for listening Best regards.

    Répondre

  2. Avatar
    mai 23, 2016

    hi im smail I have 27 years im from Morocco and im searching for work in fruit picking

    Répondre

  3. Avatar
    juin 29, 2017

    Bonjour à tous après avoir lu ces commentaires et des expériences de Jeremy j’aimerais moi aussi faire des vandages en Australie pour la saison qui commence merci

    Répondre

Laisser un commentaire


76 Partages
Partagez76
Tweetez
Enregistrer