Home Portraits & Interviews Immigrer en Australie avec des enfants – Options et retour d’expérience

Immigrer en Australie avec des enfants – Options et retour d’expérience

Immigrer en Australie avec des enfants – Options et retour d’expérience

Beaucoup souhaitent immigrer en Australie avec leur famille. Comme vous le savez déjà sûrement, en plus d’être une importante décision, cela implique pas mal d’organisation et de préparation. Alors pour tenter de vous guider vers cette nouvelle aventure, nous avons regroupés dans cet article tous nos conseils pour immigrer en Australie ainsi que le retour d’expérience d’une famille française qui a décidé de tenter leur chance et repartir à zéro à Sydney.

Les options de visas pour immigrer en Australie

Avant toute projection, il est important de se poser la question du visa ! En effet, pour pouvoir entrer et rester en Australie légalement, il est nécessaire d’avoir un visa valide. Voici donc une liste des principaux visas pouvant mener à une résidence permanente en Australie :

Skilled Independent visa

Ce visa est un visa indépendant. C’est à dire que vous n’avez pas besoin d’être sponsorisé par une entreprise ou un état. Votre poste doit figurer sur la Skilled Occupation List. L’obtention du visa skilled est basée sur un test à points (vous devez obtenir au moins 60 points). Pour postuler, vous devez être âgé de moins de 45 ans. Ce visa est un visa permanent, valable 5 ans et renouvelable. Vous pouvez inscrire votre famille dans la demande de visa.  La demande de visa est de $4240.

Partner Visa

Pour pouvoir bénéficier de ce visa, vous devez être marié(e) ou être dans une relation De Facto avec un Australien, un résident permanent de l’Australie ou un Citoyen Néo-Zélandais éligible. Vous devrez de plus prouver une relation d’au moins un an avec cette personne. Les délais d’obtention sont relativement longs et il vous faudra compter $7850 pour faire votre demande.

Visa TSS (sponsor)

Le visa TSS permet à son détenteur de vivre, travailler plein temps en Australie pour son employeur pour la durée du visa. Il permet également de lier les membres de sa famille à la demande de visa. Avec ce visa, vous êtes sponsorisé par une entreprise australienne.

Vous devez justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 2 ans dans votre domaine. Votre poste doit être listé dans la STSOL ou la MLTSSL. Avec la crise du covid, une nouvelle liste d’emplois recherchés à été créé par le gouvernement australien. Les emplois listés sur cette Priority Migration Skilled Occupation List seront traités en priorité par rapport aux autres sponsors.

Dans tous les cas, vous devrez également passer un test de langue pour prouver un bon niveau d’anglais.

A lire aussi : Le Visa TSS (Visa 482)

Business Innovation stream

Ce visa provisoire est destiné aux personnes ayant des compétences en affaires. Il vous permet d’exploiter une entreprise nouvelle ou existante en Australie. Vous devez obtenir au moins 65 points au test de points, fournir la preuve du succès de votre entreprise (chiffre d’affaires annuel, participation)
Vous, votre partenaire, ou vous et votre partenaire ensemble, disposez d’un total net d’actifs commerciaux et personnels d’au moins :
– 1,25 million AUD si vous avez été invité à demander ce visa à compter du 1er juillet 2021
– 800 000 AUD si vous avez été invité à demander ce visa avant le 1er juillet 2021.

Ce visa vous permet d’amener votre famille avec vous et est valable pour une durée de 5 ans. La demande vous coûtera 6270$.

Les difficultés d’immigrés en Australie

La première difficulté qui se présente est de trouver un emploi. Vous pourrez par exemple avoir la mauvaise surprise de vous rendre compte que vos diplômes n’auront pas de valeur. De plus vos expériences françaises, dans la majorité des cas, ne compteront pas car pas australiennes. Ce dernier point est tout aussi valable en France, donc les Australiens ne sont pas plus ségrégatifs que les Français.

Vous pourrez donc être amené à changer de branche, à accepter un travail en dessous de vos qualifications. Mais c’est le prix à payer pour réaliser son rêve.

Une seconde difficulté lorsque l’on immigre est de trouver un logement. En effet, sans emploi, sans garant, sans références et sans historique dans le pays cela n’est pas évident.

S’expatrier avec des enfants

Contrairement à ce que l’on peut penser, il n’est pas vraiment difficile de s’expatrier avec des enfants. Les enfants sont flexibles et s’adaptent bien plus rapidement que les adultes.

Selon leur âge, ils devront potentiellement se soumettre à un test de langue pour que leur niveau soit évalué (niveau collège et lycée). Cela déterminera s’ils doivent prendre des cours de langue avant de rejoindre leur classe. Si vos enfants doivent rejoindre une école primaire, sachez qu’il n’y a pas de test de langues pour entrer.
Les écoles primaires mettent en place un programme intensif pour tous les nouveaux arrivants non anglophones et ainsi les enfants apprennent l’anglais très rapidement.

Vous pourrez choisir d’inscrire vos enfants en école publique ou privée. Sachez que tant que vous n’avez pas la résidence permanente, (ex visa sponsorisé), vous devrez payer les frais scolaires. Lorsque vous passés en résidence permanente, cela n’est plus le cas.

Retour d’expérience de Catherine

Le premier voyage en Australie

Le mari de Catherine lui a proposé d’aller en Australie pour leur voyage de noce. Pas très emballée car elle ne voyait pas cette destination comme romantique. Pour elle l’Australie c’était les images de « Crocodile Dundee » et « Skippy le Kangourou ». Puis elle a commencé à consulter des brochures d’agences de voyage, et plus elle creusait, plus elle découvrait un pays extraordinaire.

Catherine et son époux sont donc partis 3 semaines en arrivant à Darwin. Puis direction Cairns, Alice Spring, Uluru, Heron Island, Adélaide, Kangaroo Island, et Sydney.

Question paysages l’Australie les a subjugué. En 3 semaines ils ont découvert des paysages très différents. Des territoires du nord à la luxuriance de la région de Cairns, en passant par le désert australien, une île paradisiaque avec une Barrière de Corail comme un aquarium devant la porte du bungalow, au froid de Kangourou Island et son crachin breton et en finissant par Sydney, la grande ville moderne.

L’ambiance y est décontractée, avec des australiens simples et de bonne humeur. Le sentiment de sécurité est omniprésent.

Pour plus d’informations sur Sydney : Visiter Sydney

Le retour en France fut un vrai déchirement pour Catherine. Malgré l’envie de repartir en Australie, il n’est pas facile de tout lâcher du jour au lendemain. En effet, on pense aux familles, à son métier etc. Ensuite, on créer une famille et la vie se construit avec de nouveaux challenges etc… La routine se réinstalle progressivement.

L’ envie de repartir en Australie

L’élément déclencheur a surtout été leurs enfants. La perte d’emploi du mari de Catherine leur a aussi donné l’occasion de repartir à zéro. Ils souhaitaient un profond changement de vie, et voulaient que leurs enfants aient la chance de devenir bilingues.

Ils ont commencé les démarches depuis la France 1 an et demi avant de partir. Il a fallu fournir des traductions de documents par des traducteurs assermentés NAATI, passer l’IELTS (test de langue), et autres démarches. Catherine et sa famille n’ont pas utiliser d’agent d’immigration.

Immigrer en Australie sans visa permanent 

Catherine et son époux avaient 39 et 42 ans quand ils sont arrivés en Australie. Après son licenciement, son mari a fait du freelance dans le conseil. Il a créé sa société et ils l’ont utilisé pour s’auto-sponsoriser. A l’époque, il y avait des cabinets à Sydney qui accordaient des visas sponsorisés à quelques personnes par an. En gros Catherine était à la fois leur employée et leur cliente. Cela a couté très cher. Entre tous les frais de logement, d’école pour leurs enfants etc… l’intégralité de la prime de licenciement qu’ils avaient gardée de côté y est passée.

Son mari a trouvé une mission de conseil et après 6 mois de leur arrivée en Australie ils ont obtenu la résidence permanente. Une fois ce sésame en poche, la même société lui a proposé un emploi à durée indéterminée. Un an et demi de démarches en France + 6 mois en Australie, cela fait 2 ans, soit le délai légal et minimum pour obtenir la résidence permanente (les règles ont changé depuis). 

Attention : Catherine et sa famille ont immigrer en Australie il y a quelques années, les conditions de visas ont donc changé depuis et les cabinets de sponsors cités ne sont plus d’actualité. Sachez que vous pouvez toujours créer votre société (coût élevés).

Bilan de l’expatriation de Catherine

Suite à l’obtention de la résidence permanente ils ont pu trouver un travail en CDI, ne plus payer l’école des enfants, et ont pu prétendre a de nombreux droits comme la sécurité sociale australienne, pouvoir acheter une maison, etc…

Socialement, il est difficile d’avoir beaucoup d’amis et parfois on se sent un peu isolé. Il est plus simple pour les enfants de s’intégrer grâce à l’école.

Il peut être difficile de prendre ses marques au début. Il faut d’abord découvrir les us et coutumes australiens. Il y a également beaucoup de français installés en Australie qui permettent de se faire des connaissances et donc de s’intégrer.

Si c’était à refaire, Catherine n’hésiterait pas une seconde !

Quelques conseils pour les futurs expatriés

Si on souhaite venir définitivement en Australie, il faut s’accrocher à ses rêves, ne pas baisser les bras. Même quand c’est difficile et qu’on en voit pas le bout. L’Australie se mérite, et « impossible » n’est pas Français alors soyez persévérant, ça en vaut la peine !

Si vous venez avec des enfants, ne cherchez pas à en faire trop pour qu’ils apprennent l’anglais. Le fait d’être baigné dans l’anglais toute la journée à l’école est suffisant pour qu’ils deviennent bilingues. Au contraire, il faut tout faire pour conserver le français qui s’oublie très vite : radio en français, TV en Français, parler français à la maison…

Être prêt à réduire son niveau de vie ou à changer de métier pour rester ici car d’autres choses viendront compenser. Et ici il n’y a pas besoin de dépenser de l’argent pour s’amuser; une balade dans le bush, une après-midi plage, un barbecue entre amis… ces choses simples vous suffiront croyez moi !

4.9/5 - (13 votes)
La communauté des backpackers vous aide à préparer votre voyage en Australie. Partage de bons plans, d'expériences, conseils jobs, astuces de backpackers etc.. Guide gratuit (eBook) pour travailler et voyager en Australie avec un Working Holiday Visa ! Un guide écrit par des backpackers, pour les backpackers