Découvrir Kangaroo Island – Australie du Sud

0
154
Remarkable Rocks

Simon Guillemin est un jeune blogueur, journaliste et photographe amateur, parti dans un périple d’un an autour du monde. Lors de son passage en Australie du Sud, il a découvert Kangaroo Island. Cette île parfois boudée est pourtant une pure merveille ! Voici le récit de son aventure !

Sur la route pour Kangaroo Island

Parti sous 42 °C sur les coups de 13h par une journée de Janvier, je traversais tout le centre d’Adélaïde jusqu’à la zone industrielle. Un bus s’arrêta pour m’amener sur une route à la sortie de la ville. Le chauffeur le fit gracieusement, sans doute peiné de me voir marcher des kilomètres avec tout mon bardage.

L’Australie m’accueillait alors à bras ouverts. J’entamais mon Road Trip direction Kangaroo Island, en stop. Pouce en l’air, c’est pas moins de 4 voitures qui s’arrêtèrent pour m’accompagner sur quelques kilomètres. L’occasion rêvée de rencontrer des Aussies.

Je posais ma tente à 20h dans un camping à Second Valley. Ayant raté le dernier bateau pour l’île, il n’était pas judicieux de continuer vers le port, 20 kilomètres plus loin. Le lendemain, il me suffirait de partir tôt pour prendre le premier bateau (moins cher). À l’aide d’un marqueur, j’inscrivais alors sur mon morceau de carton les lettres “CAPE” et “JERVIS”. Le port d’embarquement pour l’ile aux trésors ! Après une nuit plutôt venteuse, le matin la tempête était toujours là. Elle soulevait une mer furieuse, qui nous envoyait des murs d’eau en pleine figure. Sacs plastiques de sortie dans la cabine principale du bateau. Certaines personnes affichaient un visage bien pâle… En effet le bateau tanguait comme un Cow-boy sur un taureau de Rodéo.

Deux semaines de bonheur à Kangaroo Island

À peine posé le pied sur l’ile, des rafales de vent faisaient valdinguer feuilles, branches et même tomber un vélo. Décidé à rejoindre Island Beach à pied, j’entamais ma marche sur une montée à 14 %. Un 4×4 passa à ma hauteur et m’interpela : “Where do you go ?”.

Quelques minutes plus tard, j’arrivais à Island Beach, où je déjeunais en compagnie des abeilles. En fin d’après-midi, je posais ma tente dans un camping en bord de côte. Tentant de m’abriter du mieux possible des rafales de vent. Le lendemain matin, alors que j’ouvrais le zip de ma tente, je découvris que 10 centimètres de copeaux de bois avaient créé un joint tout autour de la toile. Comme de la neige sur le rebord d’une fenêtre.

Découverte de Kangaroo Island
En écrivant ces lignes, je sens venir chatouiller mes papilles la saveur brute du beurre de cacahuète, l’acidité des pommes que j’avais emportées, et le doux parfum de la sève d’Eucalyptus. En direction de Kingscote, à bord du pick-up de mon nouvel ami, un fermier de 65 ans. Il avait quitté son pays d’origine (la Hollande) il y a 20 ou 30 ans, je discutais de tout et de rien, surtout de rien… Ensemble nous refaisions le monde et je me sentais libre.

Travailler dans une ferme à Kangaroo Island

À Kingscote, dans une auberge du village, je faisais la rencontre de Yohaness un Allemand de 22 ans venu sur l’ile pour s’essayer au travail de la ferme (wwoofing). C’est ensemble que nous partions 2 jours plus tard en direction de Parndana, dans la ferme de 3 frangins : les Frères Trethewey (Damien, Nathan & Zach). Nous restions travailler une semaine. Au programme fruit picking de Brocolis et installation de bassins pour l’élevage de crevettes et langoustes.

Nous avions une maison pour nous. Plantée en plein bush où certains soirs nous faisions la rencontre d’Opossums, de Koalas et de 

Kangourous curieux venus roder autour de la maison. Je revois ces couchés de soleil sur les champs d’herbes sèches, ces crânes de moutons et de boucs empalés sur un grillage ou un piquet en bois façon western.

Je redécouvre la teinte safran de la terre, le bleu du ciel, le turquoise de l’eau sur la plage de Stokes ou d’Emu Bay. Tous ces camaïeux de teintes chaudes, froides comme cette palette infinie de vert.

Bilan de cette expérience sur Kangaroo Island

J’ai quitté Kangaroo Island après 13 jours. Avec des souvenirs plein la tête, et pour promesse de revenir voir un jour combien, je l’espère, tout ça n’a pas changé. Je pense que je garderai un souvenir impérissable de cette aventure Australienne, comme toutes les premières fois. Alors que résonne encore dans ma tête les voix des Men At Work et leur célébrissime “Land Down Under”, défile devant moi le film de ces quelques jours passés sur l’ile. Je me revois au départ d’Adélaïde, avec mes deux sacs, un sur le dos, l’autre sur le ventre. Difficile de dire à quoi je pouvais bien ressembler… Sans doute à un croisement entre une tortue Ninja et un Kangourou.

Souvenirs de Kangaroo Island

Ecrit par Simon Guillemin
www.shootingtheworld.fr 

Article mis à jour le 04/05/2019 – Initialement publié le 19/05/2012

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here