Jérémy et Julie arrivés avec un Working Holiday Visa en juin 2013, sont en plein road trip autour de l’Australie. Ils partagent avec vous leur expérience de job dans un élevage de moutons sur notre Blog Australie. Une expérience originale qu’ils ont d’ailleurs renouvelé plusieurs fois !

Comment avez-vous trouvé ce job dans un élevage de moutons ?

Nous avons trouvé ce premier travail de manière un peu atypique car nous l’avons trouvé dans l’avion ! Enfin pour être plus exacte, nous avons rencontré dans l’avion un charmant couple propriétaire d’une ferme ovine qui nous a permis de décrocher notre premier job. En effet 13 heures de vol entre Dubaï et Sydney, ça laisse largement le temps de parler de notre voyage et il s’avère que nous avions prévu de chercher du travail juste à côté de là où ils vivent à Dubbo dans le NSW… Comme quoi l’Australie, ce n’est pas si grand que ça !

En bref, Don nous propose de les rejoindre dans leur ferme pour venir voir ce qu’est la tonte des moutons, une occasion en or pour se plonger dans l’univers de l’Outback australien ! Bien évidemment nous lui avons répondu que oui et 3 semaines après avoir atterri, il nous appelé pour nous dire que la tonte allait commencer. Nous pensions donc juste venir observer mais une des filles a quitté l’équipe le premier jour, et c’est comme ça que nous avons décroché le job.

Le saviez vous ? L’Australie produit plus de 50% de la laine textile, le reste est produit par la Nouvelle Zélande, l’Afrique du Sud et l’Argentine. La production de laine textile australienne est vendue à 85% à la Chine, 5% part en Italie, 5% pour l’Inde, le reste pour la Tchécoslovaquie, la Turquie…

bergerie moutons australie

En quoi consistait ce job ? Avez-vous tondu des moutons ?

Roustabout ! Alors, en quoi cela consiste ? Dans l’équipe de tonte, il y a bien entendu les tondeurs, les professionnels de la tondeuse, un mouton toutes les 3 minutes environ, les “Roustabouts” qui ont 3 missions différentes : ramasser les toisons fraîchement tondues et les jeter sur la table; sur la table il y a le poste de nettoyage de la laine et enfin le balais, il s’agit de faire place nette entre chaque mouton.

Ensuite il y a le whool classeur, qui classe la laine en fonction de sa fibre et de sa couleur et enfin le whool presser, il s’agit de presser la laine dans de grands sacs pour ensuite la vendre. Même si les tondeurs nous on permis d’essayer de tondre, il y a une école pour ça, on ne s’invente pas tondeur.

L’équipe de tonte reste le temps qu’il faut pour tondre tous les moutons. Ce qui va dépendre, du nombre de moutons, mais aussi de la météo car les moutons ne sont pas tondus lorsqu’ils sont mouillés. Cette première expérience nous a permis de travailler durant 7 jours et surtout de nous former. Il faut savoir que les contractors ne prennent pas de backpackers s’ils ne sont pas formés au préalable. Les jeunes avec qui nous avons travaillés étaient suédois et allemands et avaient payé une formation aux métiers de la ferme dès leur arrivée pour ensuite pouvoir prétendre à ce genre de job.

Elevage moutons australie job backpacker 2

Quelles étaient les conditions de travail ?

Elevage moutons australie job backpacker

Au niveau de nos conditions de travail, on peut dire encore que nous avons eu de la chance car Don et Kerrie nous ont accueilli comme leurs enfants donc nous étions à la ferme comme à la maison. Mais lorsque nous avons rejoint une nouvelle équipe de tonte, nous nous sommes pliés aux « véritables » conditions de travail et nous avons vécu avec l’équipe. En effet, l’équipe se déplace de ferme en ferme et chacun est nourri logé blanchi. Bien sur c’est retenu sur le salaire, mais c’est « good money » comme ils disent donc en fait nous n’avons pas eu la sensation de payer pour ça.

Comment se déroule une journée type dans un élevage de moutons ?

Tous les jours, il faut être à 7h00 dans l’étable pour préparer les outils. A 7h30, le coup d’envoi est donné et c’est parti jusque 9h30. Ensuite première pause de la journée et deuxième repas (après le petit dej), puis on reprend à 10h00 jusqu’à midi pour la pause déjeuner. A 13h00 on remet ça jusqu’à 15h, puis une nouvelle pause et nouveau casse croûte; et enfin c’est le dernier round de 15h30 à 17h30.

Après la journée de travail, chacun se presse pour aller à la douche (et on en a tous bien besoin, car franchement ça sent fort un mouton) et à 19h00 le dîner est servi. Tout le monde doit être douché pour passer à table, c’est la règle ! Donc si on fait le compte, ça fait cinq repas par jour mais c’est véritablement nécessaire, ce boulot est très physique. Lors des jours de repos, chacun est libre de faire ce qu’il veut et en général ça commence par une grasse mat’ et c’est le ravitaillement en chocolat ou autre et pourquoi pas visiter la ville si elle n’est pas trop loin.

Quad Elevage moutons australie job

Quels sont les différents jobs autour de l’élevage de moutons ? Lesquels sont accessibles aux WHV ?

Nous avons fait trois fermes en tout, ce qui a permis à Jérémy de faire en tout trois boulots différents. Dans la première ferme il était rastabout. Dans la seconde ferme il bossait à l’extérieure de l’étable : Ses missions, des plus variées, n’étaient pas de tout repos, et pas toujours très glamour non plus. Il avait à faire le boulot en amont et en aval de la tonte. En amont il fallait trier les moutons, remplir la bergerie, parfois courir après les moutons égarés. En aval il fallait traiter les animaux fraîchement tondus contre les puces et éventuelles autres petites bêtes.

Pour le moins glamour, il lui fallait tâter les mamelles des brebis pour différencier les allaitantes ou non. Mettre un élastique sur la queue des agneaux, permettant de créer un garrot pour que leur queue tombe naturellement. Car sinon ils peuvent avoir des excréments qui restent collés et entraîner certaines maladies. Pareil pour les testicules, ce qui les empêchent de se reproduire, car seuls les mâles ayant une belle laine ont l’honneur de garder toute leur virilité !

Enfin, dans la troisième ferme, il était le whool presser, et ça, ça fait les bras ! les rastabouts peuvent être des backpackers  en WHV, mais ils ont besoin d’une formation dans une ferme au préalable visiblement. Alors je ne sais pas comment ça fonctionne mais une des filles nous a dit qu’elle avait payé une formation dans une ferme via un organisme et ensuite ce même organisme a un carnet d’adresse pour les emplois. Perso je conseille ce domaine parce que c’est bien payé et l’ambiance y est bonne même si le boulot est franchement difficile.

Quelles sont les principales étapes entre un mouton et une UGG boot ?

Pour revenir à la laine, rien ne se perd, même la laine fortement souillée, pour ne pas dire pleine de caca ! C’est avec cette laine que sont faites nos chaussettes et nos tapis, évidement la laine de bonne qualité finit en pull. Mais il y a effectivement plusieurs étapes. Nous venons de voir les toutes premières mais ça ne s’arrête pas là. La laine est ensuite vendue brute au whoolbroker qui lui la revend ensuite sur les différents marchés. Ensuite vient le traitement, la laine est alors trempée, lavée et séchée. Ensuite vient le cardage pour démêler la laine, et enfin elle est peignée afin d’être transformée en fil.

Quel souvenir en gardez-vous ?

Nous gardons d’excellents souvenirs de cette expérience même si ce n’est pas un boulot de tout repos !

Et sinon c’est sympa un mouton ?

Les moutons… on est bien loin de Saint Exupéry. Enfin, c’est pas super intelligent mais les agneaux sont super mignons 🙂

Ecrit par Jérémy & Julie – australiawithyou.com

D’autres expériences de job avec des animaux :

Article mis à jour le 20 Août 2019 – Publié initialement le 18 Février 2014

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.