Faire le tour de l’Australie en moto (Harley Davidson)

0
217

Quentin Bétemps, pâtissier de 25 ans, a réalisé un premier PVT en Nouvelle Zélande. Il a également voyagé Vietnam, en Thaïlande, à Bali, en Malaisie et au Sri Lanka. En 2019, il décide de faire le tour de l’Australie en moto.

En arrivant, il commence par travailler pendant 5 mois. Cela lui a permis de bien planifier son trip et mettre de l’argent de côté. Il répond à nos quelques questions et nous racont son road trip en Australie en Harley Davidson.

1 – Peux tu nous résumer brièvement cette expérience ?

Tout d’abord, pour se lancer dans le tour d’Australie en moto, il faut plus qu’aimer la moto et le fait de rouler 10 heures par jour. Il ne faut pas avoir peur de vivre sans trop de confort. Je vous conseille aussi d’avoir de l’expérience en moto, car l’Australie c’est clairement sauvage, pistes non goudronnées, animaux en tous genre qui sautent sur les routes, road train, etc.. Tout motard se rendra vite compte qu’on a vite fait de laisser sa vie en Australie. Sans oublier que dans certaines régions isolées les secours peuvent mettre 4-5h à venir. Autant vous dire que vous aurez le temps de rôtir au soleil tranquille. Il faut en être conscient. Pour apprécier l’expérience, il faut aussi aimer voyager en solo. Vous ferez quand même des rencontres ! Plein de personnes viendront vous parler et s’intéresseront à votre trip notamment dans l’Outback si vous êtes un minimum souriant.

Il est aussi nécessaire de bien planifier votre trip en fonction des saisons. Pour faire simple vous ne pourrez pas être dans les montagnes dans le Victoria en Hiver, l’Outback en SA. Le sud du WA et NSW seront clairement trop chauds en été. Enfin, la saison des pluies et les cyclones rendront le Nord de l’Australie difficilement praticable dès octobre.

Pour ma part, j’ai travaillé dans le NSW et VIC durant le printemps et l’été, ce qui m’a permis de faire Great Alpine Road, Great Ocean Road et autres petits trips biens sympas dans les alentours sur mes days off. Ensuite, je suis parti au printemps depuis le NSW en direction du WA en longeant la côte. Ensuite je suis remonté jusqu’à Darwin en Hiver, puis d’Alice Springs. enfin, je suis remonté sur Cairns avant de revenir sur Sydney pour vendre la moto au début du printemps. Ce qui est également le bon moment pour vendre votre moto, car si vous êtes en autonome à Sydney, ce sera forcément plus délicat.

Le fait d’être en PVT est un super compromis. On peut voyager 2 ou 3 semaines à fond, puis bosser 1 mois et ainsi de suite. Travailler dans les 4 coins de l’Australie permet vraiment de découvrir la culture. Elle sera complètement différente selon l’endroit où vous vous trouvez. De plus, les locaux seront toujours prêts à vous donner de bons conseils sur les itinéraires et les choses peu connues et pas trop touristiques à faire.

2 – Faire le tour de l’Australie en moto : Un projet qui te trottait dans la tete depuis longtemps ?

Depuis que j’ai commencé à voyager, j’ai tout de suite accroché avec le fait de voyager en moto. On a une sensation de liberté que l’on ne trouve pas ailleurs. Faire le tour de l’Australie me tentait depuis un moment, mais je n’étais pas encore sûr… c’est un gros projet. Puis j’ai réalisé que c’était maintenant ou jamais et j’ai foncé en me disant qu’on ne regrette que ce qu’on ne fait pas!

3 – Les préparatifs – Comment t’es tu préparé à cette expérience ?

Clairement par le fait d’avoir de l’expérience en moto au préalable. Ensuite je me suis renseigné sur des forums. J’ai aussi essayé de contacter des personnes ayant roulé en Australie pour avoir de bons conseils et me faire une meilleure idée de ce qui m’attendais. J’avais également acheté un Atlas pour motard que je recommande à 100% pour tout motard en Australie. Cela vous donnera les 200 meilleurs trip à réaliser en Australie. Autant vous dire c’était ma Bible ! (Australia Motorcycle Atlas with 200 top rides – Hema maps)

4 – Les conditions de vie n’étaient pas trop difficiles ?

Niveau mécanique j’ai eu de la chance, quasiment rien, si ce n’ai une crevaison sur le départ. Après c’est aussi le fait d’avoir fait le choix d’acheter une moto de 2017 avec 3000 km et donc moins de chance d’avoir des problèmes mécaniques qu’avec une vielle bécane. Ensuite le plus important est un bon entretien régulier de la moto à ne pas négliger (changement huile, filtre à air, etc..).

Pour dormir j’étais la plupart du temps en tente, à moins de pouvoir trouver un backpack avec une nuit à un prix abordable.

Pour le chargement, il vous faudra prévoir le nécessaire pour votre moto, huile, liquide de refroidissement, locker, tenu de pluie, un bidon de 5L d’essence pour l’Outback, etc.. Toujours pour l’Outback, un minimum de 5L d’eau, car dans certain endroit il vous sera difficile de trouver de l’eau potable, ou alors à des prix élevés. Pour ce qui est de la nourriture, pour ma part j’avais des boites de conserves, fruits frais, barres de céréales,.. Vous pouvez faire le choix d’avoir un gaz cooker pour un peu plus de confort, mais ça prendra plus de place et il faudra que vous transportiez plus d’eau pour cuire (pâtes) et pour laver. Ça c’est à vous de voir !
A cela il faut ajouter le matériel de camping de base, tente, matelas, sac de couchage et oreiller gonflable !

Donc le confort reste assez limité et il faudra voyager léger…

5 – Quelle région as-tu préféré ?

Difficile à dire, il y a plein de coins magnifiques vraiment différents. L’Outback peut paraître un peu ennuyeux aux premiers abords avec ses longues lignes droites. Mais c’est quelque chose que l’on ne trouve pas partout. Se retrouver seul au milieu de nulle part où il n’y a parfois aucun relief et tout est plat, avec une road house tous les 200km, c’est quelque chose de particulier! J’ai aussi beaucoup aimé la Great Alpine Road dans le Victoria, les petites routes très sympas pour rejoindre Cape Tribulation dans le Queensland… Faire le tour d’Ayers Rock en moto était juste magique ! Je terminerai avec rouler sur la plage à Lucky Bay dans le Western Australia, un moment incroyable.

6 – Pourquoi avoir choisi ce modèle de moto ?

J’avais hésité au départ avec un trail, car quand on parle d’Australie, on pense forcément aux off roads, au sable, aux gravel road, etc.. Mais au final quand on regarde bien il y a une bonne partie de goudronné et faire 800km sur une journée de ligne droite, c’est clairement plus confortable sur une moto type custom. C’est sûr qu’après sur une gravel road c’est moins pratique. Au final, ça dépend vraiment de ce que vous voulez faire. Ca m’aurait bien plus d’avoir un trail et de partir en off road, mais c’est dangereux de s’élancer seul … Il faut également prévoir de se munir de balise satellite en cas de problème.

Enfin en Australie, les prix sont biens plus abordables qu’en France pour une Harley. Je me suis dit que c’était la bonne occasion et un bon trip que de faire le tour de l’Australie en Harley-Davidson.

Pour ma part je roule en Kawa en France (kz650 de 1980).

7 – Quels conseils donnerais tu à ceux qui veulent tenter l’expérience ?

Il faut aimer rouler et explorer. Car si tu n’aimes pas rouler c’est même pas la peine, l’Australie c’est vraiment grand ! Il faut également être près à rouler quand il pleut, quand il vente, quand il fait froid ou trop chaud… Dans la limite du raisonnable bien entendu (en prévoyant intelligemment son itinéraire en fonction des saisons). Si vous n’aimez pas rouler, il va vous falloir 2 ans pour boucler le tour du pays!

Si tu es ok avec ça, si tu aimes l’aventure et la liberté, fonces !!

Juste un dernier conseil, si c’était à refaire, j’achèterai du matériel de camping de qualité (matelas, tente et sac de couchage). Car une bonne nuit après et avant de faire 800km de moto ça peut être utile. De plus, c’est du matériel que tu pourras ramener avec toi en France.

8 – Quels sont tes projets pour la suite ?

Voyager à travers le monde en moto ! Je pars pour le Canada en Novembre, je vais d’abord travailler et préparer mes projets qui sont : faire dépose en hélico en hors-piste en ski et une traversé du Canada en moto. J’ai le Nord de l’Inde qui me trotte dans la tête en off road avec un guide. Je garde l’Europe pour plus tard quand je serai de retour pour de bon en France!

Pour le suivre, rendez-vous sur insta : @quentinbtemps