Les meilleures anecdotes des Backpackers en Australie

0
105

Nous avons lancé sur notre page Facebook, “Australie – Le Guide des Backpackers“, une publication pour que vous nous racontiez vos meilleures anecdotes. Vous nous avez fait beaucoup rire ou peur. Alors, nous avons sélectionné les 10 meilleures anecdotes pour en faire un article. Nous avons échangé avec ces backpackers ou anciens backpackers pour en savoir plus sur leurs anecdotes. On vous en dit plus sur leurs histoires tout en vous donnant quelques petits conseils pour éviter aux maximum certaines situations. 

10 – Et une amende pour les trois jeunes filles

 Trois backpackers, Pauline (30 ans), Morgane (30 ans) et Nadège (26 ans), étaient parties faire la côte Ouest en voiture. Pauline nous raconte :

“On changeait d’endroit pratiquement tous les jours. Ce soir là, on avait pas trouvé d’endroit où on pouvait laisser la voiture pour dormir. Du coup on s’était mise à côté d’un wc et d’une douche publique sur un petit parking.  Mais on savait qu’on avait pas le droit de dormir ici. On s’était quand même installé. A 5h du matin il faisait déjà jour et ça n’a pas raté! Le ranger a frappé à la vitre de notre voiture. Il nous a demandé de sortir du véhicule, et nous a expliqué qu’on ne pouvait pas rester ici après avoir payé l’amende toutes les 3.”

Bien joué les filles… et oui il faut faire attention où vous vous arrêtez pour dormir. Les rangers ne rigolent pas avec ça et vous feront payer une amende bien salée en général ! Alors pour éviter cette situation consultez notre article : Roadtrip en Australie : Où dormir en van.

9 – Premier jour de road trip et plus de tente … ça commence bien ! 

Parties en roadtrip avec leur Jeep, Julie (28 ans) et Laura (24 ans), nous raconte leur premier jour de roadtrip :

“Sur le toit de notre Jeep il y avait des barres pour accrocher des affaires et des sangles pour les coincer. La tente était trop grande pour la rentrer à l’intérieur de la voiture. On a décidé de la fixer sur le toit avec les sangles.

Après quelques heures de route, on a fait une petite pause aux dunes de sables sur la West Coast.  Je sors de la voiture et remarque que notre super tente 2 secondes avait disparu du toit… Adieu la nouvelle tente à 200$. Du coup pour se consoler, on s’est payé un motel et un restaurant. On est passé des larmes au rire dans la soirée. Sympa comme 1er jour de roadtrip non ?”

En road trip on rencontre toujours des galères. Sur le moment ça fait stresser mais au final on en rigole bien après. Et vous tirerez toujours du positif de vos difficultés road trip.

8 – Se faire couper la route par un serpent

Adam (17 ans) était à Cairns au skyrail rainforest. Il nous raconte : 

“J’étais sur un petit chemin dans la jungle pour aller sur un panorama. C’est un chemin de base assez touristique. Mais à la période où j’y étais, il n’y avait pas beaucoup de monde. D’un coup un serpent est passé devant moi sans me calculer. Il devait sortir d’une réserve d’eau je pense. Depuis ce jour-là je n’ai plus eu peur des serpents” 

Se retrouver face un serpent fait toujours un peu peur. Mais il faut savoir que si vous ne les cherchez pas ils ne vous embêteront pas. Faites tout de même attention, une grande partie des serpents en Australie sont venimeux. Renseignez-vous sur le protocole à exécuter en cas de morsure ! 

7 – Toujours se méfier des ailerons au loin 

Sur une plage un peu reculée à Marmion, Alexandre vient souvent faire du snorkeling et du bodyboard. Cette petite plage n’est pas surveillée comme les autres. Un jour, alors qu’il prenait un bain de soleil sur cette plage, il nous raconte : 

” C’était le calme plat, aucune vague, mais un beau soleil. Je rêvassais en fixant l’horizon alors que quelques familles se baignaient avec leurs enfants. Soudain j’ai vu un aileron bien foncé au loin. Au début j’y croyais pas trop, peut être une hallucination ? Mais non je distinguais de mieux en mieux l’aileron que se rapprochait à vitesse grande V vers la plage. Pas le temps d’hésiter, j’ai crié le plus fort possible : “SHARK, SHARK, SHARK,…” !

D’un coup, tout le monde est sorti de l’eau rapidement. Je fixe à nouveau l’aileron pour finalement… découvrir 2 dauphins nageant devant nous ! A ce moment là, je n’ai jamais voulu être autant invisible aux yeux de tous. Puis à ma grande surprise, des mamans sont tout de même venues me remercier. Elles m’ont expliqué que dans le doute j’avais bien agis.”

Vaut mieux prévenir que guérir ! Un accident est si vite arrivé… On vous recommande tout de même d’opter pour des plages surveillées surtout lorsque que vous êtes accompagnés d’enfants.  

6 – Le serpent n’a jamais été aussi proche de la terre  

Dans le New South Wales, Alexia travaillait en ferme de pastèques. Autour de cette ferme, il y a pas mal de serpents dont le Brown Snake. Cette backpackeuse nous explique comment elle s’est retrouvée face à un de ces serpents : 

” Un jour, nous enlevions le plastique couvrant les cultures pour retourner la terre par la suite. Et en soulevant le plastique, je vois un serpent. Il était orange et sur le moment je pense que c’est un serpent commun. Je préviens le fils du fermier, 14 ans. Première tentative, il essaye de rouler dessus… Le serpent s’enfonce seulement dans la terre molle. Inconsciemment, je saisis un bloc de terre qui me semble assez gros et moins friable. Je pose ce bloc sur sa tête… D’une sérénité inconsciente.

La suite est moins cool parce qu’on a été obligé de tuer le serpent, il s’agissait d’un brown snake. J’ai appris plus tard qu’un brown snake orange est en fait adolescent. A cet âge, ces serpents ne savent pas comment gérer leur venin. Ils en produisent en grande quantité. Ce qui explique le changement de couleur de leur robe. Il est extrêmement dangereux à cet âge là.” 

En effet, attention au Brown Snake. C’est le serpent responsable du plus grand nombre d’envenimations en Australie. Surtout, c’est le deuxième serpent le plus venimeux au monde. S’il se sent en danger, il peut se montrer très agressif. Mais s’il n’est pas provoqué, il n’a aucune raison de s’attaquer à vous. 

5 – Se faire doubler par la roue arrière de son van 

Mehdi (31 ans) et sa copine ont parcouru l’Australie depuis la Tasmanie. Après avoir traversé le centre du Nord au Sud, ils ont trouvé un job dans le fruit picking dans le Riverland. Un soir alors qu’ils rentraient dans leur camping, Mehdi nous raconte :

” Tout allait bien jusqu’au moment où… Le van s’est subitement incliné du côté gauche dans un vacarme du diable. J’ai vu dans mon rétroviseur l’essieu et les disques faire des étincelles contre le bitume. Dans un même temps, un objet sombre me doubler en rebondissant… C’était ma roue arrière gauche (entraînée par la propulsion de mon Combi) filant à fond,droit sur un chien qui passait par là.

Heureusement, la bestiole n’a rien eu. Mon van, alias ma maison, s’est donc retrouvé immobilisé au milieu de la route. J’en suis sorti et me suis dit que c’était une journée de m****… Et il s’est mis à pleuvoir des cordes! Du coup dépanneuse, remorquage au garage le plus proche.

L’histoire se termine bien puisque les fermiers pour lesquels nous travaillions nous ont accueillis chez eux, nourris et blanchis. Et nous ont versé nos 2 salaires de pickers. Après quelques semaines de dure labeur, nous avons ramassé assez d’argent pour faire réparer notre van et nous remettre sur la route.” 

Aaaah… les galères de van ça arrive. Le seul conseil que l’on peut vous donner pour éviter au maximum ce genre de situation, c’est de bien vérifier votre véhicule avant de l’acheter ou de le louer. Mais ce sont des choses qui peuvent arriver. Alors pas de panique, vous trouverez une solution pour repartir. 

4 – Se faire réveiller par un aborigène qui voulait… du tabac

Dans le Northern Territory, Hélène (24 ans ) et son copain (26 ans), avaient trouvé un free camp sur parking dans une petite ville. Hélène raconte :

“A priori nous nous sentions  en sécurité car justement nous étions en ville, sur un parking où nous avions le droit de stationner pour la nuit. Il faisait très chaud cette nuit là, nous dormons dans notre van 4×4, les fenêtres arrières ouvertes. Notre « lit » était à hauteur de fenêtre, de plus comme nous étions à l’étroit, nos têtes étaient vraiment à quelques millimètres de la fenêtre et donc de l’extérieur.

Vers 2h du matin, j’entends mon copain hurler dans le van et faire un bond. J’entends une voix très calme mais cassée. Comme si quelqu’un était alcoolisé. Tétanisée, je pense tout de suite qu’on va me faire du mal à moi. Pourquoi ? Je ne sais pas mais sur le coup je pensais qu’on m’en voulait à moi. Mon seul réflexe : me réfugier sous la couette. Je tremblais de peur… j’écoutais la conversation.

Mon copain : « are you serious man? ». Je sors la tête de la couette et je le vois, tête à tête avec mon copain : un homme, une trentaine d’années, un aborigène. Il demandait du tabac pour se rouler une clope… Finalement l’homme se retire et s’en va. On a fermé ensuite les fenêtres. Le plus flippant pour mon copain c’est qu’il dormait à point fermés sur le côté. Il a entendu du bruit et sans bouger un orteil, il a ouvert juste un œil et s’est retrouvé nez à nez (littéralement) avec cet homme. Combien de temps était-il là, ? Est-ce qu’il nous a regardé dormir ?”

Ok pas cool de se faire réveiller de cette manière… Ne vous inquiétez toutes les rencontres avec les aborigènes ne se passent pas comme ça. Il existe des petits villages, un peu perdu, où vous pouvez faire des rencontres fascinantes avec le peuple aborigène. Cela peut changer votre regard sur ce peuple plein de coutumes. 

3 – S’asseoir sur une jolie petite araignée mortelle

Elena (27 ans) et sa travelmate se baladaient dans le parc des Bungles Bungles avec une ranger et une aborigène. Ces deux derniers les avaient prises sur la route en stop car elles n’avaient pas de 4*4. Elena nous raconte leur balade : 

” On est parti tous les 4 en fin d’après-midi pour une promenade qui nous emmenait dans une sorte de canyon avec un lookout en bout qui surplombait la gorge. Arrivés à ce lookout, nous discutions de la culture aborigène, de leur croyance, et de la signification de ces roches. Je me suis assise sur un des bancs présent à cet emplacement, pendant les bonnes 15 minutes de la conversation.

C’est en me relevant que ma travelmate a fait une drôle de tête. Elle s’est penchée plus près du banc et m’a dit “Non mais t’as vu sur quoi tu étais assise!?” N’ayant rien vu, je m’approche et regarde plus attentivement. Effectivement, dans l’interstice des 2 planches du banc, il y avait une jolie petite red back bien tranquille dans sa toile.. Le ranger s’approche et me dit “C’est rien, elle ne s’est pas sentie en danger donc elle n’a pas attaqué” ah d’accord….”

Pas très rassurant tout ça. Après tout ce ne sont pas les petites bêtes qui mangent les grosses. Mais bon faites quand même attention là où vous mettez les pieds en Australie. Il existe une grande diversité d’espèces dans la faune australienne. Toutes les espèces ne sont pas dangereuses mais renseignez-vous bien pour avoir les bons réflexes avec les animaux. Au cas où…

Bungles bungles – Australie

2 – Toujours avoir sa tong à porter de main !

Dans le Queensland, Alexia et son copain était en train de descendre vers Springbrook NP en voiture. Quand une femme vient s’arrêter à côté d’eux au feu rouge : 

” Avec son fils, ils nous faisaient des gestes immenses. On descend alors la fenêtre et ils nous expliquent qu’une araignée énorme vient de disparaître dans la fente du coffre. Nous ne sommes pas vraiment effrayés par les araignées. Mais au vue de la taille que le gamin décrit, on décide quand même de s’arrêter. Une fois garé, on inspecte un peu partout. Mon copain finit par l’apercevoir sous la voiture. On décide de reprendre la route en se disant qu’elle finira par tomber. On conduit au moins 4h.

Mais le lendemain en fin de matinée, au moment où l’on sort de l’autoroute, j’aperçois une ombre du coin de l’œil, là je la vois : Une wolf spider ÉNORME. Elle rentre de l’extérieur par ma fenêtre et a commencé à courir sur le pare brise. J’ai hurlé, et sans savoir comment, je me suis retrouvée entre les deux appuis tête, sans enlever ma ceinture. Mon copain s’est arrêté et en 2 secondes l’a éclaté avec sa tong sur le pare brise. C’était pas joli joli et des pattes ont volées…” 

Ok… vous avez du avoir la peur de votre vie. Avant de partir en roadtrip ou de partir tout court en Australie, on va se répéter mais renseignez-vous bien sur la faune australienne. C’est important pour savoir sur quoi vous pourriez tomber. 

1 – Gagner une course de chameaux près d’Alice Springs 

Au retour de ses visites du Centre Rouge, Leslie (26 ans) s’arrête à la ferme de chameaux Camel Australia à 1h d’Alice Springs. Cette ferme touristique recueille des chameaux orphelins. Elle nous raconte son incroyable histoire : 

“Un petit panneau sur la porte de la boutique de souvenirs indiquait qu’ils recherchaient une personne pour trois mois minimum. Je commençais le sur lendemain, soit deux jours avant le plus gros événement de l’année à Alice Springs : la fameuse course de chameaux. Plusieurs éleveurs locaux participent à cette course, dont ma ferme. Me voila donc au cœur de cette course populaire du bush australien, côté organisateurs.

Mon patron me pose alors une question simple “Veux-tu faire la course?”. Je n’avais pas beaucoup de temps de réflexion. Et surtout, je n’étais encore jamais montée sur un chameau. Mais j’avais plusieurs années d’équitation derrière moi. Alors me voilà en train de signer la décharge de responsabilité, indiquant qu’en cas d’accident ou de mort les organisateurs ne sont pas responsables.

La course se déroule en 5 courses qualificatives pour la finale. Durant chaque course, les meilleurs chameaux sont qualifiés pour la finale. Je n’ai pas fait la finale laissant la fille du patron et d’autres nous représenter. Mais j’ai remporté la course 4, qualifiant ainsi la chamelle Hailey.

J’ai eu très peur. En effet, pendant les premières courses, des personnes se sont retrouvées au sol, des chameaux allant en sens inverse etc…(Ils ne sont pas des chameaux de course mais de balade). Je n’ai pas le temps de réfléchir que je suis dans les starting blocks. Nous sommes 8 de mémoire. Au coup de feu les chameaux sont lâchés. Sensation étrange d’un chameau qui se lève. Le départ fut compliqué. Mais une fois bien en selle, la chamelle est remontée progressivement en première place au rythme du galop. J’étais dans une d’euphorie sans nom quand je comprenais que je gagnais. Et j’ai fini 1ère avec une foule excitée : toute la population d’Alice Springs. On m’offre alors 2 coupes et ma médaille de 1ere place. Une expérience que je ne suis pas prête d’oublier. Les chameaux sont des animaux plein de surprises.

Sacré anecdote… Comme quoi l’Australie est un pays qui réserve beaucoup de surprises. 

Leslie est à droite en jaune 

Merci à tous d’avoir partagé vos anecdotes 🙂 N’hésitez pas à commenter avec la votre pour qu’on rigole … ou pas !